Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2010

Apéro géant interdit à la Goutte d’Or : la France à l’envers

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du FN :

marine le pen 3.jpgLa préfecture de police de Paris a interdit la tenue d’un apéritif géant « saucisson et pinard » qui devait se tenir le 18 juin dans le quartier parisien de la Goutte d’Or.

Sous la pression de la gauche communautariste et d’organisations politico-religieuses, l’Etat français capitule une fois encore, interdisant une manifestation parfaitement légale et ne troublant pas l’ordre public.

Ce même Etat se refuse depuis des mois à faire respecter la loi républicaine dans ces quartiers, autorisant la réquisition illégale par des musulmans de la voie publique pour organiser la prière du vendredi.

Incapable de s’attaquer à ceux qui remettent en cause l’ordre républicain, l’Etat cède à toutes les exigences communautaristes, acceptant de fait d’interdire une manifestation légale au prétexte incroyable qu’elle constituerait une provocation aux yeux d’une population qui bafoue, sans vergogne, chaque vendredi les lois de la République française !

L’interdiction de cet apéritif est un symbole : celui de l’inversion totale des valeurs qui est la ligne de conduite de nos dirigeants politiques.

Marine Le Pen, vice-Présidente du Front National dénonce cette lâcheté étatique qui conduit à abandonner le pouvoir et la gestion des territoires de la République à des officines politico-religieuses.

Après avoir dénoncé sans relâche, depuis des mois, les occupations illégales de la rue Myrha, elle exige du pouvoir politique une réaction digne d’un Etat républicain : le respect strict de la loi et une opposition sans concession aux pressions et revendications communautaristes.

Source: http://www.frontnational.com

25/04/2010

Le Pen soutient Hortefeux sur la polygamie, et veut aller plus loin

Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a approuvé la démarche du ministre de l'Intérieur contre un homme présumé polygame, déplorant même qu'on ne puisse pas aller plus loin que la déchéance de nationalité.

Lors du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro", il a de nouveau attaqué le principe de la double nationalité et du droit du sol et la suppression de la double peine.

"Je pense que M. Hortefeux est un homme de bonne volonté (...) parce qu'il voulait priver, ce que je trouve tout à fait normal, cet individu de sa nationalité française, mais encore l'expulser", a expliqué Jean-Marie Le Pen.

"Or, il tomberait-là sous le coup de la suppression par M. Sarkozy de la double peine. Nous sommes contraints de garder chez nous la racaille qu'on a fait condamner devant nos tribunaux correctionnels ou nos assises", a-t-il ajouté.

Selon le ministre de l'Intérieur, Liès Hebbadj, né à Alger, aurait quatre femmes et chacune bénéficierait de l'allocation de parent isolé. Des délits qui méritent la déchéance de sa nationalité, qu'il a obtenue par mariage en 1999, a écrit Brice Hortefeux vendredi dans une lettre au ministre de l'Immigration, Eric Besson.

Pour le leader frontiste, il faut revoir "très largement" le droit de la nationalité en France.

"Il serait bon qu'il y ait une garantie donnée à la France que les gens qui sont ainsi naturalisés ne se conduisent pas seulement comme des citoyens de papier mais de coeur, qui respectent la loi", a réclamé Jean-Marie Le Pen.

A ses yeux, c'est l'abus présumé d'allocations familiales qui est le plus "scandaleux" dans le cas de Liès Hebbadj.

"Les caisses sociales françaises sont pillées littéralement par des milliers, des dizaines de milliers de gens qui profitent indûment de nos législations", a estimé le leader frontiste.

"Quand c'est le fruit d'une espèce de petit complot familial, je trouve cela scandaleux", a-t-il martelé.

Laure Bretton, édité par Clément Guillou

Source: REUTERS

 

18/02/2010

Scandale Quick : quand l’Etat lève l’impôt islamique !

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du FN :

marine le pen 3.jpgL’annonce par la chaîne Quick de la vente exclusivement de produits halal dans 8 établissements, dont celui de Roubaix, était déjà en soi un scandale.

Le consommateur est ainsi pris en otage et doit non seulement se conformer obligatoirement à la loi islamique mais de surcroît, dans ses formes les plus rigoristes. Le choix du « tout halal » étant la conséquence du refus imposé par les musulmans les plus radicaux de la préparation de nourriture « impure » dans les mêmes lieux que la préparation de nourriture halal.

Ces mêmes consommateurs seront ainsi soumis à l’impôt islamique puisque la viande halal est taxée par des organismes musulmans de certification.

Le scandale prend une toute autre dimension lorsque l’on apprend que la chaîne Quick appartient depuis octobre 2006 à …. L’Etat !

En effet, « Qualium investissement » détient 99,63 % du capital de Quick et n’est autre que la filiale de capital investissement de la Caisse des Dépôts et Consignations, bras financier de l’Etat.

Quand on sait que la Caisse des Dépôts et Consignations devait être le fonds souverain français, on croit rêver !

C’est donc bien le chef de l’Etat qui est à la manœuvre dans le processus maintenant assumé d’islamisation forcée de la France et la mise en place de l’impôt islamique.

Enfin, l’heureux propriétaire de Quick, Albert Frère, ami de Nicolas Sarkozy (celui-ci l’a élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur en 2008) a vu la Caisse des dépôts lui racheter sa société Quick pour 800 millions d’euros alors que celle-ci n’était valorisée qu’à 550 millions à la date de cette OPA « amicale ». Cette affaire a d’ailleurs fait l’objet de deux plaintes déposées par un acheteur évincé, l’une en France comme par hasard immédiatement classée sans suite, l’autre en Belgique, qui fait actuellement l’objet d’une instruction.

Jusqu’où va-t-on aller ?

Source: Front National

05:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marine, le pen |  Facebook |

12/02/2010

Appel solennel de Jean-Marie Le Pen

 

Source: Francois de Souche

20:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen |  Facebook |

06/01/2010

Jean-Marie Le Pen souhaite en 2010 un référendum sur l'immigration

Jean Marie Le Pen.jpgLe du , Jean-Marie Le Pen, a prôné mercredi, lors de ses voeux à la presse pour 2010, l'organisation d'un "référendum sur l'immigration", estimant que le "critère ethnique" était une composante de l'identité française. "Sachant que l'immigration massive est l'instrument de son appauvrissement et de sa servitude future, c'est elle qui doit être le sujet d'un référendum, dont le résultat s'imposera de gré ou de force aux oligarques qui dirigent la ", a dit M. Le Pen.


"L'immigration massive pèse sur la vie française, sur ses finances, sur la sécurité, sur le chômage, sur l'école, sur tous les problèmes, de telle manière qu'il faut le résoudre sous peine d'être submergé", a-t-il affirmé, depuis le siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine). En référence à la votation anti-minarets en Suisse, il a souhaité que les Français puissent "oser dire publiquement dans les urnes ce qu'ils murmurent tout bas que le Front national dit tout haut", voyant dans l'immigration le "problème principal de la France". Une déclaration également valable pour les élections régionales, où son parti, en proie à des difficultés financières depuis les législatives catastrophiques de 2007 (moins de 5%), espère "créer la surprise".


Accusant Nicolas Sarkozy de mener "une politique de métissage forcé", le président du FN, réélu député au Parlement européen en juin, a fustigé les "xénomaniaques, fossoyeurs de l'identité française" et les "européistes", qu'il qualifie de "traîtres à la nation". Selon lui, le débat sur l'identité nationale est monopolisé par les "députés babouches", qu'on appelait autrefois "les députés godillots". Les "dérapages" critiqués lors de ces réunions lui semblent "vraiment modestes", a-t-il précisé. "Moi, je ne roule pas sur les rails de la majorité, par conséquent, j'ai toute ma liberté de parole".


M. Le Pen a jugé "évident" que "le critère ethnique" était une composante de l'identité française. "Je ne m'interdis pas l'usage de ce mot, devenu un tabou sous la pression de la pensée unique", selon lui.

 

De son côté, sa fille Marine, favorite à sa succession à la tête du parti, a envisagé d'offrir au ministre de l'Immigration Eric Besson "l'identité nationale pour les nuls", en référence à une collection de livres. Quant aux "dérapages", elle a fait la leçon au chef de l'Etat qui a "cru faire plaisir au peuple" dont il a une "conception erronée": celle "des fronts bas et du gros rouge qui tâche". Pour sa part, elle a appelé à l'inscription dans la Constitution du "refus de tout communautarisme".

 

Source: AFP

 

19:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen |  Facebook |

19/11/2009

Le Pen raille les supporters algériens

Jean Marie Le Pen.jpgLe président du Front national a ironisé sur « l’identité nationale » des supporters de l’équipe de football algérienne qui ont manifesté après la qualification de leur équipe à la phase finale du Mondial.

« La contribution, d’un enthousiasme débridé, qu’apportent ces jours-ci des milliers de jeunes au débat sur l’identité nationale, dans les rues de nombreuses villes de France, mérite d’être prise en considération », a écrit Jean-Marie Le Pen dans un communiqué. « Ces jeunes gens revendiquent avec fougue leur identité nationale. Les pouvoirs publics doivent satisfaire cette revendication, en leur permettant d’abandonner l’identité française qui leur a été imposée contre leur gré et en les aidant à s’installer dans le pays qui correspond à leur drapeau« , a-t-il ironisé.

Dès le coup de sifflet final, les supporteurs des « Fennecs » ont klaxonné ou dansé, drapeau algérien au vent. Ces manifestations de joie ont été ternies par de multiples incidents, véhicules brûlés, vitrines brisées, magasins pillés ou jets de projectiles sur les forces de l’ordre, dans plusieurs villes de France.

Source: Figaro et François de Souche

00:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen, identité |  Facebook |

04/10/2009

Rétribution des lycéens : la dernière bouffonnerie de Sarkozy

Communiqué de presse de Marine LE PEN

Des lycéens sèchent l’école ? Pas de problème, Nicolas Sarkozy qui a réponse à tout a trouvé la solution : rémunérer avec l’argent des contribuables français les élèves de banlieue pour qu’ils daignent suivre les cours que leur offre gracieusement la République !

Cette proposition ahurissante qui prévoit d’accorder une indemnité de base de 2000 euros à trois lycées de banlieue parisienne dont les élèves feraient preuve d’assiduité a reçu l’aval du ministère de l’Education nationale.

Cette politique extravagante d’incitation financière collective, illustre la perte de valeurs et les dérives d’un système éducatif à bout de souffle, gangrené par l ‘idéologie post soixante-huitarde qui a banni les principes d’ordre, d’autorité et de discipline.

La lutte contre l’absentéisme ne saurait s’accommoder de cette énième bouffonnerie étatique. Elle exige une réforme en profondeur de tout le système éducatif qui passe par un discours de relèvement des exigences dans tous les domaines : discipline, savoirs, valeurs.

Source: Front National

27/05/2009

Le Pen: homme politique visionnaire, seul contre tous


16/07/2008

Le Pen parrain d'un enfant de Dieudonné

PARIS (AFP) - Le président du Front national Jean-Marie Le Pen est devenu le parrain du quatrième enfant de l'humoriste controversé Dieudonné, lors d'une cérémonie à Bordeaux la semaine dernière, a indiqué une source proche de l'humoriste, confirmant des informations de Libération mercredi.

dieudonné.jpgSelon l'enquête du quotidien, le baptême de l'enfant, une petite fille, a eu lieu à Bordeaux, dans la paroisse traditionaliste de Saint-Eloi, par l'abbé Philippe Laguérie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, bastion intégriste parisien.

Ces informations sont "exactes", a déclaré la source interrogée par l'AFP, sans vouloir donner plus de détails.

Une source au Front national a par ailleurs indiqué à l'AFP que M. Le Pen avait déjà évoqué il y a quelques semaines ce projet devant quelques personnes.

Mais le service de presse du FN s'est refusé à tout commentaire, estimant que "s'il y avait quelque chose, ce serait du domaine privé".

Dieudonné avait esquissé un rapprochement avec Jean-Marie Le Pen pendant la campagne présidentielle, se rendant notamment en novembre 2006 à la fête du FN au Bourget, avant qu'une partie de l'état-major du FN ne s'affiche à l'un de ses spectacles à Paris.

Il avait ensuite soutenu aux législatives Patrick Bourson, ami de Jean-Marie Le Pen et candidat FN dans la Marne.

27/12/2006

La démocratie en danger !

Le Parti National Français appelle tous les citoyens français attachés à la défense de notre démocratie et de notre nation à soutenir la candidature de Jean-Marie Le Pen aux élections présidentielles de 2007. Le système UMPS, qui a perdu le combat sur le terrain des idées, semble aujourd’hui opter pour la voie dictatoriale qui consiste à interdire au candidat de la droite nationale de se présenter devant la nation française au suffrage universel. L’« establishment », ce pouvoir sans visage, fait pression de manière scandaleuse et anti-démocratique sur tous les maires de France pour qu’ils n’apportent pas leurs voix au candidat de la droite nationale.

Le système des 500 signatures et du parrainage des candidats à l’élection présidentielle a été conçu originellement pour empêcher des candidats trop peu représentatifs de l’opinion française (des « petits candidats ») à se présenter à l’élection présidentielle. Ce système est aujourd’hui détourné de manière vicieuse (via l’obligation de publication de la liste des parrainages) pour empêcher l’homme politique le plus charismatique du monde politique français de se présenter à l’élection présidentielle. Peut-on imaginer qu’un homme politique de premier plan, ayant accédé au second tour de la précédente élection présidentielle, soit empêché d’être candidat ? Une telle situation n’est pas envisageable en démocratie. Mais vit-on aujourd’hui dans une démocratie ? Là est toute la question.

Non content de confisquer le pouvoir médiatique, d’étouffer la parole de millions de citoyens, et d’empêcher la droite nationale d’être représentée au Parlement français, le système UMPS souhaite aujourd’hui priver des millions de Français du seul mode d’expression démocratique qui leur reste : le droit de vote.

Le Parti National Français appelle donc la population française à la résistance nationale, car l’heure est grave. Dans le cas où le candidat de la droite nationale Jean-Marie Le Pen serait empêché de pouvoir se présenter aux élections présidentielles, nous appelons le peuple français à descendre en masse dans la rue pour faire entendre ses droits et son attachement aux principes républicains et démocratiques, en particulier la liberté d’opinion politique !