Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2010

Rues de Paris barrées pour cause de prières musulmanes : Vaillant et Hammadi en flagrant délit de mensonge

Selon Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement de Paris, les rues de Barbès sont barrées par la Préfecture de police. Vérification sur place…

 

 

Lors de l’émission “7 à voir”, diffusée dimanche 8 novembre 2009 sur France 3, Razzy Hammadi (Secrétaire national du PS chargé des services publics), interpellé par Marine Le Pen sur la rue Myrha barrée chaque vendredi par des musulmans en prère, déclara : « Jamais le Maire de Paris ne laissera une seule barrière dans les rues de Paris, c’est un mensonge ! ». Cette vidéo, preuves à l’appui, démontre que, tout comme Daniel Vaillant, Razzy Hammadi avait menti.

 

 

Source: François de Souche

 

PNF:

Le journaliste qui pose la question "est-ce qu'on est toujours dans le débat sur l'identité nationale?" ne fait-il pas preuve de lâcheté et de malhonnêtété intellectuelle, maladies malheureusement très courantes aujourd'hui au sein de la clique journalistique française?

 

28/04/2010

Lies Hebbadj accusé de violences sur sa compagne

Mardi, au cours d’une réunion à huis clos avec des députés UMP, Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, a indiqué que le père de la conjointe de Lies Hebbadj, avait contacté la gendarmerie pour des violences présumées sur sa fille.

Lies Hebbadj accusé de "violences" sur sa compagne

Selon le ministre de l’Intérieur, le père de cette femme verbalisée vendredi à Nantes pour conduite en niqab, avait signalé aux militaires, qu'il y a deux mois, quand il avait eu sa fille au téléphone, elle était "en pleurs" et lui avait affirmé avoir été "battue".

Une information qui, précise Le Figaro, a été confirmée par la gendarmerie.

Lies Hebbadj étant également accusé par son beau-père d’enfermer ses petits-enfants.

Mardi, Brice Hortefeux a assuré, devant l’Assemblée nationale, que l’affaire Lies Hebbadj irait "jusqu’à son terme".

En "accord avec le premier ministre, j’ai décidé de ne rien céder au politiquement correct" a précisé le ministre de l’Intérieur.

Tout en ajoutant :

"Nous ne céderons rien et cette affaire ira jusqu’à son terme".

D'autres informations ont filtré, notamment par Jacques Myard, député UMP, qui explique sur RMC que "le père de la femme de Liès Hebbadj a demandé une fois à avoir ses enfants au téléphone, et sa fille lui a répondu qu'ils étaient enfermés, où leur père leur apprenait de force des versets du Coran."

A la demande de la préfecture, lundi, le parquet de Nantes a ouvert une enquête préliminaire concernant Lies Hebbadj, pour des soupçons de "relations polygames" et des "interrogations sur la régularité des aides sociales dont bénéficieraient plusieurs personnes de sexe féminin qui seraient en relation" avec lui, rappelle Le Figaro.

De son côté Me Franck Boëzec, l’avocat de Lies Hebbadj, a indiqué que cette enquête préliminaire est "dans l’ordre des choses" et "que c’est plus sain".

Un avocat qui estime que le dossier de son client est "vide".

Source

26/04/2010

Polygame ? Et alors ? On est musulmans, on fait ce qu’on veut !

 

Source

14/04/2010

Bruxelles : Les agressions à l’arme de guerre se multiplient

L’an dernarmes de guerre.jpgier, 6.300 méfaits avec utilisation d’une arme ont été perpétrés à Bruxelles, dont 107 avec des armes de guerre, rapporte vendredi qui se base sur des chiffres qui ont été fournis par Glenn Audenaert, directeur de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Le quotidien précise qu’il y a quasiment une agression à l’arme de guerre tous les trois jours dans la capitale.

Si M. Audenaert ignore combien d’armes de guerre sont en circulation à Bruxelles, il affirme que “c’est de toute façon trop. En Albanie, 350.000 Kalashnikovs ont disparu et personne ne sait où ces armes se trouvent. Et je ne dis pas qu’elles sont toutes à Bruxelles. Mais probablement, une partie d’entre-elles”.

 

Source: François de Souche et 7/7


14:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bruxelles, islam |  Facebook |

01/04/2010

Le calvaire d’un écolier norvégien

Voici un reportage réalisé par la télévision norvégienne. Une famille norvégienne aux idées progressistes avait décidé par simple idéologie de mettre leur fils unique dans une école où les Blancs sont en minorité.  Ils ont utilisé leur fils comme cobaye, alors qu’une autre école près de chez eux regroupait une majorité de Blancs. Le résultat en images pour celles et ceux qui comprennent l’anglais.


hippie dipshits in Norway from Vlad Tepes on Vimeo.

 

Source: François de Souche

 

Cécile Duflot n’a pas le droit de dire qu’elle aime le confit de porc !

Cécile Duflot était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC Info le 29 mars.

 

 

Source: François de Souche

00:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, danger |  Facebook |

28/01/2010

Islam et intégration: l'immigré marocain, qui avait arraché les yeux de sa femme, voit sa peine réduite de 10 ans en appel

Les faits remontent à juillet 2003.

Au cours d'une dispute avec sa femme, un ressortissant marocain âgé de 34 ans avait arraché les yeux de cette dernière, selon LCI.

L'homme était jaloux du moindre regard de sa femme envers un homme.

Les médecins n'avaient pas pu sauver les yeux de la victime.

Quand à l'auteur des faits, il avait pris la fuite en Allemagne où il a été interpellé.

Le jugement.

Lors du premier jugement devant la cour d'assises il avait été condamné à 30 ans de réclusion.

Jugé en appel devant la cour d'assises du Vaucluse il a été condamné à 20 ans de prison avec une période de sûreté équivalant aux deux tiers de la peine.

Il a également une interdiction définitive du territoire français, précise LCI.

La jeune femme, âgée de 23 ans, est aveugle depuis et porte des prothèses oculaires.

Source

08/01/2010

« J’ai vécu avec des musulmans ». Une expérience multi-culturelle en Grande-Bretagne

Extraits :

Dès la première nuit, ça a commencé. Les voisins pakistanais du dessus ont commencé à crier, à hurler. Il y avait un type qui battait sa femme. Le bruit était insupportable. (…)

J’ai découvert que mon nouveau quartier était l’une des plus grosses communautés musulmane d’Ecosse. Au début, quand je marchais dans les rues, je souriais aux gens, mais tout le monde m’ignorait. Un jour, une voiture est passée à ma hauteur et un jeune a passé la tête par la fenêtre et a crié : “enculé de blanc”. (…)

J’ai vécu avec des musulmans, et ce que j’ai appris, c’est qu’ils n’ont aucune envie de s’intégrer à la culture européenne, aucune envie d’adopter les valeurs occidentales et qu’ils n’ont pas le moindre intérêt pour la culture britannique ou pour quoi que ce soit d’autre.

Ils ont l’islam. Ils SONT l’islam. Ils sont musulmans, et les musulmans sont fidèles à l’islam. Et c’est tout. C’est une idéologie qui les remplit tout entier. Les musulmans ont des relations avec nous, les “kuffar”, mais pas parce qu’ils le souhaitent, seulement parce qu’ils y sont obligés. S’ils pouvaient faire autrement, ils nous ignoreraient complètement.


« Mon histoire commence à Bristol, dans le Sud-Ouest de l’Angleterre.

En juin 2003, je voulais quitter Bristol : j’avais été témoin d’une succession d’événements qui m’avaient à la fois terriblement choqués et déprimés. Le plus grave d’entre eux était une violente agression contre un étudiant, un soir. C’était dans le quartier Saint Paul, un coin très touché par la délinquance et la criminalité, un des coins préférés des immigrés et des afro-caribéens. Le jeune homme rentrait chez lui et nous l’avons vu se faire attaquer, se faire voler son portable. Des types l’ont frappé et il est tombé, inconscient. On s’est précipité pour l’aider et les mecs se sont enfuis. L’étudiant était couvert de sang. »

Parmi les autres événements qui m’ont décidés à quitter la ville, il y a eu l’apparition de patrouilles de policiers armés dans les rues de Bristol. Il s’agissait d’une mesure destinée à lutter contre les guerres de gangs que se livraient des bandes de noirs rivaux.

Bristol, c’est la plaque tournante du crack en Angleterre. Ces gangs, c’est un mélange d’Afro-caribéens, de Somaliens, plus quelques locaux. Les gens qui vivent dans ces quartiers sont constamment victimes de vols, d’agressions par des types drogués et défoncés au crack.

J’en ai eu assez. Tout ça, c’était trop pour moi. J’ai fait mes valises. Le jour de mon départ, je me souviens avoir vu une longue queue de types qui poireautaient sur le trottoir : essentiellement des africains et des immigrés de l’Est. C’était à l’extérieur du Centre pour les demandeurs d’asile.

L’Ecosse, j’y ai grandi. Dans les lowlands. Une région magnifique de landes et de collines, l’un des coins les moins peuplés de Grande-Bretagne. En arrivant chez mes parents, j’ai su que j’avais pris la bonne décision et je me suis tout de suite senti chez moi au milieu des arbres et des collines.

Après quelques mois, je me suis mis à chercher du boulot. J’avais des amis à Glasgow, 150 km plus au nord, et c’est là que j’ai décider de tenter ma chance. J’ai toujours aimé Glasgow, l’une des villes les plus riches de l’Empire à une époque. Une ville à l’histoire tourmentée mais animée, et pleine d’énergie.

Finalement, j’ai décidé de m’y installer, et j’ai choisi Pollokshields, un quartier dans le sud. C’était à l’origine l’une des premières “banlieues-jardin” de Grande-Bretagne : de belles maisons, des immeubles grands et spacieux. C’était aussi l’un des rares quartiers dans mes prix. J’ai décidé d’acheter un appartement. J’étais plein d’espoir, la tête rempli d’idées et de l’énergie à revendre.

Dès la première nuit, ça a commencé. Les voisins du dessus ont commencé à crier, à hurler. Il y avait un type qui battait sa femme. Le bruit était insupportable. Ils étaient pakistanais.

C’est alors que j’ai découvert que j’étais passé à coté de le la dimension sociale de mon nouveau quartier. J’avais été séduit par l’esthétique des maisons et l’architecture géorgienne, mais le quartier était en fait l’une des plus grosses communautés pakistanaise musulmane d’Ecosse.

Au début, quand je marchais dans les rues, je souriais aux gens, mais tout le monde m’ignorait.
Un jour, une voiture est passée à ma hauteur et un jeune a passé la tête par la fenêtre et a crié : “enculé de blanc”.

Une semaine plus tard, j’ai remarqué un jeune type qui conduisait de façon très agressive à un carrefour, et qui a failli percuter un gars à moto. Le type a bondi hors de sa voiture et a hurlé “batard de blanc”, avant de redémarrer en trombe.

La même semaine, alors que je marchais, j’ai vu un gamin d’environ 8 ans se faire chasser du parc par deux jeunes pakistanais. Je suis intervenu car le garcon avait l’air bouleversé. Les deux autres m’ont regardé sans trop savoir quoi faire, et ont crié des trucs dans une langue que je ne comprenais pas.

Mais un peu plus tard, on était alors en mars 2004, un jeune garcon anglais, originaire de Glasgow a été kidnappé à quelques rues de chez moi, par quatre musulmans pakistanais. Il a été torturé, puis brulé vivant. Je ne vais pas entrer dans les détails mais peut-être avez-vous entendu parler de la mort atroce de Kriss Donald, mort pour la seule raison qu’il était blanc.

A cet instant, j’ai réalisé que ma situation était en fait pire que celle que j’avais fuie à Bristol.Mes rêves et mes belles idées multiculturelles étaient en lambeaux.

J’ai essayé de vendre mon appartement, mais personne ne voulait l’acheter, à part des musulmans. J’ai essayé de le louer : les gens trouvaient mon appart super mais personne ne voulait habitait dans le quartier. Quelques mois plus tard, mes voisins, des allemands, ont déménagé pour la Grèce. C’étaient les seuls amis que j’avais dans le quartier. Ils ont vendu leur appart à des musulmans, qui y ont ouvert une école islamique. Je me suis plaint, mais on m’a ignoré. En fait, à part moi et une dame de 70 ans, tout l’immeuble était occupé par des musulmans.

Nous sommes en février 2007. J’ai finalement réussi à vendre. En mai,je serai parti mais j’ai beaucoup appris. J’ai vécu avec des musulmans, et ce que j’ai appris, c’est qu’ils n’ont aucune envie de s’intégrer à la culture européenne, aucune envie d’adopter les valeurs occidentales et qu’ils n’ont pas le moindre intérêt pour la culture britannique ou pour quoi que ce soit d’autre.

Ils ont l’islam. L’islam les consume, les possède, ils SONT l’islam. Ils sont musulmans, et les musulmans sont fidèles à l’islam. Et c’est tout. C’est une idéologie qui les remplit tout entier. Leur but est de faire selon la volonté d’Allah, et c’est là leur objectif principal. Les musulmans ont des relations avec nous, les “kuffar”, mais pas parce qu’ils le souhaitent , seulement parce qu’ils y sont obligés. S’ils pouvaient faire autrement,ils nous ignoreraient complètement.

Alors oui, j’ai rencontré des musulmans courtois et agréables. Et je suis sur qu’il existe toutes sortes de musulmans différents. Mais l’islam écrase toutes ces différences. L’islam homogénéise des nations entières, élimine la raison, les individualités et les libertés. Je l’ai lu dans les yeux des femmes pakistanaises incultes qui débarquent à Glasgow de leur lointain Kashmir. Je l’ai lu dans les yeux des musulmans de 2e et 3e génération : tout simplement, ils n’aiment pas l’occident ; ils baignent dans un monde qui est totalement incompatible avec les valeurs européennes. Ils cherchent le réconfort dans une religion sécrétée par les sables du désert il y a 14 siècles, ils cherchent une consolation dans des mosquées payés par les dollars du pétrole wahabite… Ils veulent le mode de vie ocidentales, mais en même temps, ils nous détestent.
Et pour ma part, j’ai bien vu que je ne pouvais pas aimer l’islam. Comme beaucoup de gens maintenant, je le considère comme une menace majeure contre toutes les valeurs auxquelles l’Europe devrait être fidèle.

Maintenant que Tony Blair est sur le départ, les gens lui demandent ce qu’il va nous laisser. Ce qu’il nous laisse, c’est le début d’un processus d’islamisation de la Grande-Bretagne, d’une balkanisation de l’Angleterre. Je l’ai vu et je l’ai vécu. Quand les effets du boom économique auront disparu, la réalité de la “multi-culturalité” apparaîtra : des communautés rivales juxtaposées, sans aucun lien entre elles, sans aucune valeur ou identité commune, incapable de se rejoindre pour un but commun.

Les politiques des néo-marxistes, avec leurs références perpétuelles à des abstractions comme les “Droits de l’homme”, nous ont conduit sur un chemin extrêmement dangereux. Le monde change. L’invasion de l’Europe n’est pas forcément consciente de la part des musulmans et des immigrés, mais elle est devenue inévitable, vu la pression sur les ressources mondiales, l’expansionisme de l’islam et la chute vertigineuse des naissances chez les européens de souche.

L’Ouest a signé un pacte faustien avec l’islam, et si rien ne change, nous en paierons le prix.

Pour ma part, je cherche toujours un foyer. Toutes ces conclusions auxquelles j’ai abouties sont survenues en un lieu que je n’imaginais pas, un endroit où je ne me sens pas chez moi : mon propre pays.

Ce sont les élites libérales le véritable ennemi. Les musulmans font juste ce qu’ils ont toujours fait et ce qu’ils sont sensés faire, et finalement je ne les blame pas, mais ils ne sont pas européens. Je n’aime pas leurs valeurs, je n’aime pas leur idéologie et l’islam n’est clairement pas une religion au sens occidental du terme. C’est une construction idéologique, théocratique et totalitaire. Nos dirigeants, négligeant cela, nous mettent en péril.

Les Montagnes Rocheuses, au Canada, c’est plutôt joli en cette saison, je crois… » (traduit de cet article)

Source: François de Souche

22/11/2009

Un pope russe assassiné dans une église de Moscou

Un homme masqué a fait intrusion dans une église du sud de Moscou et y a tué un prêtre orthodoxe qui avait reçu des menaces de mort pour avoir converti des musulmans au christianisme et critiqué l'islam, rapporte-t-on de sources judiciaire et ecclésiastique.

Cet assassinat risque d'ébranler les délicates relations qu'entretient la puissante Eglise orthodoxe russe, très proche du Kremlin, avec la minorité musulmane de Russie, qui compte environ 20 millions de membres.

L'inconnu s'est approché jeudi soir du pope Daniil Sisoïev, 34 ans, dans sa petite église Saint-Thomas, lui a demandé de confirmer son identité et a ouvert le feu sur lui avec un pistolet, a dit le porte-parole du parquet général russe.

Sisoïev, blessé à la tête et dans le cou, a succombé alors qu'on le transportait à l'hôpital. Son maître de chapelle a été blessé durant l'attaque. Il a été hospitalisé et placé sous la protection d'un vigile armé.

Le parquet a fait savoir que les enquêteurs privilégiaient la thèse d'un meurtre à motivation religieuse.

Le père Sisoïev était originaire du Tatarstan, république russe à majorité musulmane. Il avait reçu des menaces pour avoir prêché la foi orthodoxe auprès de musulmans et de fidèles d'autres confessions chrétiennes.

"J'ai reçu une dizaine de messages électroniques où l'on promettait de me couper la tête (si je continuais à prêcher les musulmans)", avait-il déclaré lors d'une émission télévisée en février 2008. "Mais pour moi, ne pas prêcher les musulmans est un péché", avait-il souligné selon l'agence de presse Interfax.

CRITIQUE DE L'ISLAM

Dans des vidéos de conférences diffusées sur le site YouTube (http://www.youtube.com/watch?v=uJNPSyh4zFk&feature=related), il critiquait sans ménagement l'islam, qu'il tenait moins pour une religion que pour "un projet comparable au national-socialisme ou à un parti communiste cherchant à faire advenir le royaume de Dieu sur terre avec des instruments humains".

Il avait aussi écrit des livres comme "Une réponse orthodoxe à l'islam" et "Se marier avec un musulman" - dans lequel il recommandait aux femmes russes de ne pas épouser de musulmans.

La Russie a connu un renouveau religieux après la chute du communisme. L'Eglise orthodoxe y est redevenue une force politique importante. Son chef, le patriarche Cyrille, apparaît souvent en public aux côtés de dirigeants russes et étrangers.

Dans un message de condoléances adressé à sa famille, le patriarche Cyrille fait l'éloge de la "forte attitude missionnaire" de Sisoïev et de ses "activités pleines de zèle pour la propagation de la parole de Dieu".

Les collègues de Sisoïev ont évoqué les menaces dont il avait été l'objet de la part de certains milieux musulmans.

"Le père Daniil (...) recevait régulièrement des courriels disant qu'il serait traité en 'infidèle' s'il ne mettait pas fin à ses polémiques avec les musulmans", a dit à Interfax Kiril Frolov, président de l'Association des experts orthodoxes.

Le grand mufti de Russie, Ravil Gainouddine, a présenté ses condoléances à l'Eglise orthodoxe et à la famille du pope assassiné.

"Nous tenons à dire que nous condamnons toutes les formes de terrorisme et d'extrémisme", a-t-il déclaré aux journalistes. "L'islam dénonce le terrorisme, et le meurtre d'un imam ou d'un prêtre orthodoxe est un horrible péché", a-t-il ajouté.

Avec Aïdar Bouribaïev, version française Guy Kerivel et Philippe Bas-Rabérin (Reuters)

17/11/2009

"L'histoire est formelle: les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour"

 

"L’histoire est quand même formelle : les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour. C’est un fait, un simple fait. Je n’ai pas d’explication directe, mais le fait est que le 20e siècle a vu une purgation des zones mixtes. Par exemple, il y avait beaucoup de chrétiens en Turquie, en Égypte etc… Ils sont tous partis. Il y avait des musulmans en Grèce, dans les Balkans… Ils sont tous partis. Il y avait des Français en Afrique du Nord, ils sont tous partis…"

Source: François de Souche

 

11/11/2009

Pays-Bas : Wilders demande l’expulsion d’une partie des immigrés

 

Interview télévisée du 13 juin 2009. Geert Wilders est l’un des vainqueurs des élections européennes aux Pays-Bas. Son parti, le PVV (parti de la liberté), encore groupusculaire il y a peu, a fait 17% des voix, entre au Parlement (4 sièges, voir article) et devient la 2e formation politique du pays. [ Anglais sous-titré.]

 

 

Source: François de Souche

23/08/2009

Charles de Foucauld : Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ?

Extrait de la lettre du Père Charles de Foucauld à René Bazin, le 29 juillet 1916.

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent. (…)

Le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui ou ses descendants. S’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère. Sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti. (…)

Ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux. Ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger. Ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France.

De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d’un peuple étranger qu’on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ?
———————
Charles de Foucauld a été béatifié le 13 novembre 2005.

(source)

Source: FDS  http://www.fdesouche.com/articles/57955

14:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, france |  Facebook |

24/07/2009

Une princesse adultère menacée de mort en Arabie Saoudite

une-princesse-adultere-menacee-de-mort.jpgLa presse britannique rapporte l'histoire dramatique d'une princesse saoudienne. Accusée d'adultère, elle risque la peine de mort dans son pays. Mariée à un membre de la famille royale saoudienne, la princesse a rencontré son amant britannique lors d'une visite à Londres. Un an plus tard, elle est tombée enceinte. Elle est revenue au Royaume-Uni pour accoucher de l'enfant illégitime et a réussi à convaincre les autorités anglaises que sa vie et celle de son enfant étaient désormais en danger en Arabie Saoudite. La justice a fini par lui accorder l'asile politique en Grande-Bretagne. Aujourd'hui, elle a rompu tout contact avec ses proches et vit dans le plus grand secret en Grande-Bretagne.S.P.

Source: Elle

02/07/2009

Elysée: le premier ministre Irakien ne veut pas de vin... le repas est annulé

vin.pngOn vient de l’apprendre…

En mai dernier, à l’occasion de la visite du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki en France, un "incident diplomatique" s’est produit à l’occasion du déjeuner prévu à l’Elysée.

Quand le Premier ministre irakien a constaté que du vin  allait être servi, il a exigé que celui-ci soit retiré de la table.

Et quand il s'est rendu compte que les Français refusaient de le retirer… le repas a été annulé !


(Source: Le Figaro)

00:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, france |  Facebook |

06/06/2009

L'islamisation planifiée de l'Occident

Philippe de Villiers, porte-parole de l'Elysée ?

P2V

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, le conteste et déclare que "Philippe de Villiers n'est pas le porte-parole de l'Elysée. Celui-ci multiplie les déclarations à ce sujet, déclarations qui sont évidemment sujettes à caution."

Les déclarations en question sont celles faîtes par Philippe de Villiers dans l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

Pourquoi êtes-vous autant focalisé sur le thème de la Turquie et de l’islamisation ?

"Tout simplement parce que nous verrons les premières transformations d’églises en mosquées dans les trois ans qui viennent. En tout cas, c’est ce que m’a dit Nicolas Sarkozy."

Quand ?

"J’ai eu une discussion de fond avec lui à l’Elysée à la fin de l’année dernière ; il m’a dit : « Toi tu as les intuitions, moi j’ai les chiffres. Et tes intuitions sont confirmées par mes chiffres. L’islamisation de l’Europe est inéluctable. » Attention : c’est un processus qui ne se fera pas instantanément, mais qui prendra quelques décennies."

Pourquoi cette question vous paraît-elle centrale ?

"La plupart des hommes politiques ont une douce ignorance de ce qu’est l’islam et se proposent de transformer l’Europe en supermarché des religions concurrentes. Sans prendre conscience que l’islam n’est pas seulement une religion, mais que, confondant le temporel et le spirituel, il impose un droit. Mais derrière cette douce ignorance des hommes politiques, il y a ceux qui savent (...) La réalité c’est que nous allons vers un chassé-croisé avec, d’un côté en Europe l’avortement de masse et la promotion du mariage homosexuel et, de l’autre, l’immigration de masse (...)"

Vous n’exagérez pas les dimensions du phénomène ?

"Non. Le fond de la question est simple : l’Europe refuse son propre avenir démographique. Pour cela, elle a une arme redoutable, présente dans la charte des droits fondamentaux annexée au Traité de Lisbonne : la promotion du mariage homosexuel. Ce qui se fait par le principe de non-discrimination et la dissociation du mariage et du sexe des époux (qui figure dans l’article 7 de la Charte des droits fondamentaux). En réalité, il y a deux armes utilisées par les dirigeants européens pour tuer l’Europe démographiquement : la promotion du mariage homosexuel et l’avortement de masse. Et une troisième : le recours à une immigration à 80% islamique pour remplacer le peuplement manquant (...)"

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/06/philippe-de-villiers-porteparole-de-lelys%C3%A9e-.html#comments

00:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, danger |  Facebook |

27/05/2009

France, pays majoritairement musulman: dans combien de temps?

Posté par El-che

En 1974, à la tribune de l'ONU, le président de la République Algérienne, Houari Boumediene, a déclaré :
« Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C'est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ».

Dans le Figaro du 19 décembre 2006, notre 'grand ami' Mouammar Kadhafi déclarait : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! »

Source: Site musulman http://www.mejliss.com/showthread.php?t=446626 

Commentaires du PNF:

Face au danger démographique qui nous guette, l'establishment continue sa politique de l'autruche. Les Français doivent se réveiller pour défendre leur territoire, leur culture et leur identité millénaire.

Dans un monde de plus en plus mondialisé, le droit du sol n'a plus de sens. Il faut y mettre fin. Il faut également pousser les Maghrébins et les Africains à quitter notre pays, où ils ne se sentent pas bien. Un grand plan Marshall doit être mis en place, avec des aides au retour au pays, pour que les étrangers qui ont envahi notre pays rentrent chez eux, dans la paix et la sérénité.

Sans quoi, la bombe démographique éclatera, déclenchant une guerre civile qui est inévitable si de telles mesures ne sont pas prises rapidement.

Le Pen: homme politique visionnaire, seul contre tous


26/05/2009

Islam: la France en danger (1/2)


Islam: la France en danger (2/2)


05/06/2008

Raffarin hostile à un référendum sur l'adhésion de la Turquie

PARIS (Reuters) - L'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin demande que l'Assemblée nationale revienne sur l'amendement des députés rendant obligatoire un référendum avant l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

raffarin.jpgL'Assemblée a adopté mardi en première lecture le projet de loi constitutionnel réformant les institutions, dont un amendement prévoit que toute nouvelle adhésion à l'UE sera soumise à référendum "lorsque la population de cet État représente plus de cinq pour cent de la population de l'Union". L'amendement vise directement la candidature de la Turquie.

Invité de l'émission "Face aux chrétiens" de RCF, Radio Notre Dame et La Croix, le sénateur de la Vienne a estimé que la majorité devait être face aux réformes dans un esprit de "fidélité créatrice".

"Fidèle : on doit voter globalement les textes. Créatrice : il faut pouvoir les amender. Je pense par exemple au référendum et à la Turquie (...) L'amendement adopté par l'Assemblée nationale désigne la Turquie. C'est une erreur. Un pays ne doit pas être directement montré du doigt dans la Constitution", a-t-il estimé.

"Nous en avons parlé en réunion du groupe UMP au Sénat : pour le moment, il y a une majorité dans la majorité qui n'est pas favorable au texte sur ce sujet", a ajouté Jean-Pierre Raffarin.

 

Commentaires du PNF:

Si on impose au peuple français l'entrée de la Turquie dans l'Europe, cela signerait la fin totale de la démocratie en France (déjà bien mal en point avce tout un pan de l'opinion qui est marginalisé) et la fin de l'idée d'une grande Europe fière de ses valeurs, de son histoire et de son identité.

Raffarin est un traître, les électeurs doivent le sanctionner aux prochaines élections pour qu'il comprenne que le pouvoir n'est pas à Washington, mais dans les urnes!

 

03/06/2008

Prison avec sursis en Algérie pour des chrétiens évangéliques

TIARET, Algérie (Reuters) - Quatre chrétiens évangéliques algériens ont été condamnés mardi à de la prison avec sursis et à des amendes pour avoir cherché à convertir des musulmans.

1428257988.jpgDes récentes fermetures de lieux de culte et des poursuites judiciaires pour prosélytisme ont suscité des protestations à l'étranger et dans les milieux libéraux d'Algérie, qui dénoncent une vague de répression contre les chrétiens.

L'Algérie compte 33 millions d'habitants, en quasi-totalité musulmans, et seulement 10.000 chrétiens.

Le gouvernement se défend de mener une politique de persécution religieuse et le Haut Conseil islamique, chargé du contrôle de la pratique religieuse, a mis en cause le "prosélytisme agressif" des chrétiens évangéliques, des protestants accusés de chercher à semer la division entre les Algériens et de vouloir "coloniser" le pays.

Mardi, le tribunal de Tiaret, dans l'ouest du pays, a condamné à six mois de prison avec sursis et à une amende de 200.000 dinars (environ 2.000 euros) Rachid Seghir, un informaticien de 36 ans, pour avoir violé la loi de 2006 qui interdit à des non-musulmans de chercher à convertir des musulmans.

Trois autres prévenus - Djillali Saïdi, Abdelhak Rabih et Chaabane Baikel - ont été chacun condamnés à deux mois de prison avec sursis et à 100.000 dinars d'amende.

Tous ont annoncé leur intention de faire appel.

Deux prévenus - Mohamed Khan et Abdelkader Hori - ont été acquittés.

"DANS LE RESPECT DE LA LOI"

Larbi Drissi, avocat représentant le ministère des Affaires religieuses, s'est dit satisfait du jugement "qui fait que chacun pratique sa religion, quelle qu'elle soit, en conformité avec la loi".

Khelloudja Khalfoun, avocat de la défense, a dénoncé pour sa part "une atteinte à la liberté de conscience".

1032623385.jpg"Nous sommes chrétiens et nous n'avons pas honte de le proclamer", a déclaré Rachid Seghir à la sortie de l'audience.

Le mois dernier, le procureur de Tiaret a requis une peine de trois ans de prison ferme contre une musulmane convertie au christianisme, Habiba Kouider, accusée de pratiquer sans autorisation une autre religion que l'islam. Ce procès se poursuit.

La loi de 2006 impose la célébration des cultes religieux dans des locaux reconnus et approuvés par l'Etat, une mesure qui a conduit ces six derniers mois à la fermeture d'une dizaine d'églises ainsi que de plusieurs mosquées.

Elle prévoit des peines de prison et des amendes contre toute personne "qui incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion".

"Ce que la loi demande aux chrétiens et aussi aux musulmans est d'exercer leurs cultes religieux en toute transparence dans un endroit réservé à cet effet et d'appartenir à un établissement religieux agréé", a déclaré la semaine dernière Abou Amrane Cheikh, président du Haut Conseil islamique.

"Il n'y a pas de mouvement opposé aux chrétiens comme le prétendent certains esprits tendancieux. Il s'agit seulement de respecter l'islam dans un pays musulman, tout comme on doit respecter la religion chrétienne dans un Etat chrétien."

16:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, danger |  Facebook |

15/02/2008

La Serbie exhorte le Conseil de sécurité à s'opposer à l'indépendance du Kosovo

Par Edith M. Lederer AP - Vendredi 15 février

NATIONS UNIES - Le ministre serbe des Affaires étrangères a exhorté jeudi le Conseil de sécurité des Nations unies à s'opposer à la déclaration d'indépendance attendue de la province du Kosovo, appelant le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à ordonner l'invalidation de toute proclamation de la sorte de la part de Pristina.

S'adressant au Conseil de sécurité lors d'une réunion d'urgence à huis clos, Vuk Jeremic a averti qu'une déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo constituerait un précédent qui aurait des conséquences dans le monde entier, menant à un "cascade incontrôlée de sécessions".

e565bd66fed342339b14d8ef11416229.jpgIl a par ailleurs estimé que la Serbie n'est pas de l'avis que l'option des pourparlers est épuisée, contrairement à ce que soutiennent notamment les Etats-Unis et de nombreux pays européens, favorables à l'indépendance de la province. M. Jeremic a appelé Pristina à revenir à la table des négociations afin de trouver une solution pacifique au dossier, avec l'aval du Conseil de sécurité.

"Nous ne reconnaîtrons jamais l'indépendance du Kosovo", a-t-il martelé. "Pas maintenant. Pas dans un an. Pas dans 10 ans. Jamais. Car le Kosovo et Metohija resteront une partie de la Serbie pour toujours".

Plus tôt jeudi, le gouvernement serbe a adopté une résolution qualifiant par avance d'"invalide et nulle" toute proclamation unilatérale d'indépendance des dirigeants albanophones du Kosovo, qui pourrait intervenir dès dimanche prochain. Le gouvernement serbe a déjà adopté un "plan d'action" secret qui doit être appliqué si le Kosovo déclare son indépendance.

Le ministre serbe des Affaires étrangères a cependant précisé depuis le siège de l'ONU à New York que Belgrade, membre potentiel de l'Union européenne, "ne recourra pas à l'usage de la force, car la violence ne peut mener à une résolution pacifique de la crise du Kosovo".

Le Kosovo, où 90% des deux millions d'habitants sont albanophones, est administré par l'ONU, avec le soutien de l'OTAN, depuis 1999, quand l'Alliance Atlantique a mené une guerre aérienne pour faire cesser la répression serbe contre des séparatistes albanophones.

En avril 2007, l'émissaire spécial des Nations unies pour le Kosovo, Martti Ahtisaari, avait présenté un plan proposant une indépendance de la province sous supervision internationale. Il avait buté sur le refus de la Serbie et de la Russie, qui possède un droit de veto au Conseil de sécurité et a réitéré son opposition à l'indépendance du Kosovo jeudi.

Selon l'ambassadeur britannique auprès de l'ONU, John Sawers, les 15 membres du Conseil sont "également partagés entre ceux qui reconnaissent que le processus est arrivé à son terme, et ceux qui auraient préféré une poursuite des efforts". L'ambassadeur russe Vitali Churkin s'est inscrit en faux, déclarant qu'aucun des pays du Conseil sauf les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne n'a "exprimé de soutien tranché" sur la fin des négociations.

Alors que la Serbie a clairement souligné que ses réactions n'auraient aucune implication militaire, M. Churkin a averti le Conseil jeudi contre "un réel danger de violences inter-ethniques renouvelées et une hausse des activités extrémistes au Kosovo et dans les Balkans en général" si la province venait à déclarer son indépendance. AP

Moscou évoque les conséquences en Géorgie du Kosovo indépendant

MOSCOU (Reuters) - La Russie annonce qu'elle modifiera sa politique à l'égard des deux régions séparatistes de Géorgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, si l'indépendance du Kosovo est reconnue.

"Nous tiendrons sans aucun doute compte de la déclaration et de la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo en liaison avec la situation en Abkhazie et en Ossétie du Sud", note le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

53f5b8f16674bbb66283a1922ee8ef70.jpgLa Russie a déployé des forces de maintien de la paix dans ces deux régions séparatistes de Géorgie qui ont combattu les forces du pouvoir central de Tbilissi au début des années 1990 et vivent depuis en quasi-autonomie avec le soutien de Moscou.

La déclaration ne mentionne pas une éventuelle reconnaissance diplomatique de ces deux régions séparatistes.

Citant un peu plus tôt le ministère des Affaires étrangères, l'agence Interfax écrivait que la Russie "ajusterait" sa politique à l'égard de ces deux régions séparatistes de Géorgie. Elle a par la suite rectifié ses informations, retirant toute référence à cet ajustement.

Le Kosovo doit proclamer son indépendance dans les tout prochains jours, sans doute dimanche, avec le soutien des grandes puissances occidentales qui devraient rapidement la reconnaître.

La Russie, qui soutient Belgrade, s'oppose à cette évolution de la province à majorité albanophone du sud de la Serbie, y voyant un "précédent" pour d'autres régions séparatistes du monde.

DEUX POIDS, DEUX MESURES

Jeudi, lors de sa conférence de presse annuelle, le président Vladimir Poutine a déclaré que la Russie avait un plan tout prêt pour réagir à l'indépendance de la province sécessionniste serbe du Kosovo.

"Nous n'allons pas singer (l'Ouest). Si quelqu'un prend une décision idiote et illégale, cela ne veut pas dire que nous ferons de même", a-t-il dit. "Nous n'allons pas les singer mais ce sera évidemment un signal pour nous, et nous réagirons afin de préserver notre sécurité."

Moscou accuse l'Union européenne de faire deux poids, deux mesures en approuvant l'idée d'un Kosovo indépendant alors qu'elle rejette les aspirations d'autres régions à l'émancipation.

Dans la déclaration diffusée vendredi, le ministère des Affaires étrangères évoque en particulier un renforcement de l'assistance financière et de l'aide humanitaire apportées à l'Abkhazie et à l'Ossétie du Sud.

Moscou fournit déjà une aide financière à ces deux régions dont la majorité des habitants disposent d'un passeport russe.

Mais elle s'est abstenue de reconnaître leur indépendance par crainte, avancent des analystes, des répercussions qu'un tel geste aurait sur les mouvements séparatistes actifs sur le sol russe.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a rencontré vendredi le dirigeant séparatiste abkhaze, Sergueï Bagapch, et le président de l'administration séparatiste d'Ossétie du Sud, Edouard Kokoïti, précise le ministère.

Version française Henri-Pierre André