Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2012

Vous avez dit « négroïde » ?

Le mot « négroïde » dans un avis de recherche de la police a suscité de vives réactions. À l’émoi des policiers, les lecteurs répondent par une étude sémantique du terme.

http://img6.imageshack.us/img6/1355/troncosracialescaucasoi.jpg

« Un individu type négroïde porteur d’un casque de vélo » : tels sont les mots de l’avis de recherche publié par un policier de l’agglomération lyonnaise. Le cabinet du ministre de l’Intérieur condamne l’emploi de cette caractéristique physique, et avec elle ses « relents racistes ». Les lecteurs, eux, reviennent à la définition stricte du mot.

L’adjectif « négroïde » voit le jour en 1870. Il est construit à partir de « nègre » et de « oïde », et qualifie ce qui « présente certaines caractéristiques propres à la race noire ». On parle de « type négroïde » ou de « lèvres négroïdes ».

Alors, les sentiments des internautes se mêlent entre surprise et étonnement. « C’est ahurissant ! », « Où est le problème ? »

Pour certains, c’est encore la « dictature du politiquement correct » qui grignote la langue française. Et si la réaction des policiers lyonnais était « démesurée » ?

« Linguiste et également anthropologue à mes heures, je n’en reviens pas ! Le terme négroïde n’est absolument pas raciste, pas même racial, c’est un terme scientifique et anthropologiste, employé couramment dans ces deux domaines », analyse Prospero.

Les limites sont floues, mais certains tentent des distinctions : « Je ne comprends rien, c’est pourtant le terme correct que l’on trouve dans le dictionnaire, rien à voir avec le mot nègre qui est, lui, péjoratif », affirme AMJ. (…)

Si le sort de « négroïde » est scellé pour le gouvernement, il l’est beaucoup moins pour les lecteurs. Entre passé révolu et présent douteux, le terme oscille sur un balancier fragile : là, anthropologie et racisme combattent dans l’obscurité.

Le Point via Fdesouche.com

Ces très «chères» associations : 34 milliards d’euros de subventions par an

34 milliards d’euros de subventions sont accordées chaque année par l’État et les collectivités locales à 250.000 associations. Action sociale des administrations, festivals culturels, clubs sportifs, défense des minorités… À l’heure des restrictions budgétaires, enquête sur l’étonnante opacité qui entoure le financement public des associations.

Il existe en France un curieux document. Certains, fiers de connaître son existence, entourent son nom d’une pointe de mystère ; d’autres, mieux initiés, chuchotent qu’il est plein d’erreurs… Quelques esprits chagrins osent même le déclarer inutilisable! Ce document, c’est le jaune budgétaire, un pavé en trois volumes de 500 pages chacun dressant la liste de toutes les subventions accordées par l’État à quelque 10.000 associations. Une somme publiée par Bercy tous les deux ans seulement.Piochant dans le cru 2012, correspondant aux subventions versées en 2010, on découvre au hasard: «L’Association sociale nationale des Tsiganes évangélistes: 144.500 euros ; l’Association de coordination technique agricole: 4.967.439 euros ; l’Académie de billard de Palavas-les-Flots: 2000 euros ; l’Association de pétanque livradaise: 95 euros accordés par les services du Premier ministre.» [...]

Le Figaro via Fdesouche.com

27/06/2012

Galapagos: le dernier specimen d'une espèce de tortue décède, sans laisser de descendance

 

 

Source: Euronews / AFP

Mélenchon, candidat des journalistes bobos ...

Dans un reportage de LCP, lors de la campagne législative à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon et ses nervis prenaient violemment à partie un sympathisant FN.



Souce: LCP via Fdesouche.com

L'image du jour: Samir Nasri en campagne pour le Bloc Identitaire

Samir Nasri sur les nouvelles affiches (et les autocollants) du BI.

 

 

Source: Fdesouche.com

 

Emeutes ethniques sur l’esplanade du Trocadéro après le match France-Espagne

Addendum vidéo 27/06/12 :

Images fugitives passées sur I-Télé le lendemain matin du match :

 



Des centaines de jeunes « banlieusards » ont jeté des pierres et des pétards sur des bâtiments officiels, avant d’être chargés sans ménagement par les forces de l’ordre.

Traduction de l’article d’ABC :

Des troubles à Paris après Espagne – France
Des jeunes incontrôlés des bandes de banlieues lancent des pierres et des pétards contre des édifices officiels.

Les forces anti-émeute se sont trouvées forcées à intervenir sur l’esplanade du Trocadero, à Paris, après Espagne – France de l’Eurocoupe, pour neutraliser rapidement quelques centaines de jeunes de banlieues qui menaçaient de provoquer des violences de portée imprévisible.

À la fin du match, retransmis en direct, sur écrans géants, à quelques points stratégiques de Paris, beaucoup de groupes de jeunes ont commencé à jeter des pétards et à lancer des pierres contre les édifices officiels qui se trouvent dans les environs du Trocadero, où les brigades anti-émeute avaient disposé une centaine de cars.

Les bandes de jeunes incontrôlés ont pris le prétexte du résultat du match pour commencer à courir, à se battre, à jeter des bouteilles et canettes de bière vides contre les forces de l’ordre bien équipées de casques d’intervention.

Après trente minutes de tension, les forces de l’ordre ont dispersé les agitateurs en quelques charges musclées, aidés de leurs matraques et en utilisant des gaz lacrymogènes, pour aboutir à de nombreuses arrestations.

A l’évidence, les troubles n’avaient rien de réactions « sportives ». Il s’agissait bel et bien d’affrontements classiques entre bandes issues de la banlieue, qui montent sur Paris au moindre prétexte.

ABC via fdesouche.com

PNF:

Les seuls médias qui relatent ces émeutes ethniques sont un journal espagnol et une télévision britannique... c'est l'omerta du côté des "médias" français ... comme d'habitude quand il s'agit de violence et d'insécurité. Notons que le journaliste français est en général très arrogant et met toujours en avant le sacro-saint principe du devoir d'informer ... un principe qui semble être à géométrie variable ...

Bruxelles : la traque aux cortèges nuptiaux est ouverte

Selon la police de Bruxelles-Ixelles, le comportement des automobilistes faisant partie d’un cortège nuptial est trop souvent dangereux. Elle a décidé d’y mettre un terme.

A Bruxelles, les mariages sont désormais placés sous haute surveillance. La zone de police de Bruxelles-Ixelles a décidé de traquer les cortèges nuptiaux, coupable à ses yeux de trop nombreuses infractions au code de la route. Elle a donc décidé d’agir. Sud Presse nous apprend que de nombreux contrôles ont été réalisés le week-end dernier. Une dizaine de procès-verbaux ont été dressés. [...] RTL.be

 via Fdesouche.com

 

Vidéo déposée le 24 mars 2012 :


26/06/2012

Faillite grecque: une fatalité historique?

De ses origines byzantines et ottomanes, la Grèce a conservé une société clanique et un système politique clientéliste. Depuis son indépendance chèrement acquise, elle a le plus grand mal à installer une administration moderne. Elle doit faire appel en permanence à la générosité des grands États européens et, qui plus est, ses maigres revenus sont pour une bonne part accaparés par des notables corrompus.

Confronté à une grave crise économique et sociale, l'État se déclare en faillite en 1893. C'est la première faillite de son Histoire ; il en connaîtra une deuxième en 1932, pendant la Grande Récession mondiale.

Les Européens commencent à perdre patience et proposent la création d'une banque centrale mixte qui contrôlerait la gestion de la dette. Le gouvernement grec refuse dans un premier temps d'aliéner sa souveraineté. Cela le conduit à se déclarer en faillite en 1893, au grand dam de ses créanciers. 

En 1897, sa défaite face aux Turcs ne lui laisse plus le choix. Une commission internationale composée de représentants de toutes les grandes puissances s'installe à Athènes afin de contrôler les dépenses budgétaires, de la même façon qu'en 2010 la «troïka» UE-BCE-FMI. Jusqu'à sa dissolution en 1936, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle va maintenir l'État sous sa tutelle financière (d'après Nicolas Bloudanis, Faillites grecques : une fatalité historique ?, Xerolas, 2010).


Source: Hérodote

La citation du jour

« Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu'ils dédaignent de remplir autour d'eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d'aimer ses voisins. »

Jean-Jacques Rousseau - Emile ou de l'Education


source

25/06/2012

Zemmour / Equipe de France de football: "Messieurs, allez-vous-en! Ôtez ce maillot qui n'a pas de sens pour vous."

 

Source: RTL / Yahoo

 

En cadeau, voici une VIDEO montrant le repli défensif de Florian Malouda ... Au vu de ces images, son exclusion (si c'est bien lui) définitive de l'équipe de France devrait être automatique! C'est un 1/4 finale de l'Euro, pas un match amical, bon sang!

Killian et Souleymane, une fable contemporaine

Killian, 13 ans, battu et étranglé par Souleymane, 16 ans, dans la cours de son collège, jusqu’à ce que mort s’en suive. Ça me rappelle ma jeunesse.

J’étais en 5ème, lui en 3ème. J’étais petit à l’époque, et lui plutôt grand. C’était pas sa première 3ème en même temps. Il s’appelait pas Souleymane, mais pas loin. Et dans la cours, un jour, sans prévenir, il m’a pris à la gorge. Il a serré sa main sur ma pomme d’Adam, comme s’il voulait l’écraser. Je commençais à m’étouffer quand un prof est passé. Il n’a rien vu, ce prof, ils ne voient jamais rien, mais mon agresseur a pris peur et m’a relâché, avant de se casser. J’ai eu très mal pendant plusieurs jours, mais j’avais oublié cette anecdote, puisque la nature est bien faite. Mais ce fait divers est venu me la rappeler.

"j’ai souvent vu des Souleymane tabasser des Killian, et jamais le contraire"

Ils parlent d’un motif très futile, « un banal échange de regards ». Tout à l’heure un sociologue passait à la télé, un type du CNRS. Il parlait de violence imprévisible, incompréhensible, sans motif apparent. Une violence qui augmenterait partout dans « la jeunesse », selon lui : campagne, centre-ville, banlieue. Une violence indifférenciée en somme, un peu comme « la jeunesse ». Mais « fort heureusement », dit-il, « les morts sont rarissimes ». Les profs eux « n’ont rien vu venir ». Ils ne voient jamais rien.

Moi, quand j’avais 12 ans, j’ai pas compris non plus. A cette époque j’en étais au même point qu’un chercheur du CNRS. Je me disais « mais pourquoi tant de haine ? ». Puis, avec le temps, j’ai tiré quelques conclusions disons… empiriques. J’ai constaté des éléments qui revenaient sans arrêt. Comme le fait que les agresseurs, dans ces histoires, ont souvent la même tête et que les agressés, aussi. Comme le fait que j’ai souvent vu des Souleymane tabasser des Killian, et jamais le contraire. Ces quelques faits qui, étrangement, attirent rarement l’attention des chercheurs du CNRS, comme des gens qui passent à la télé en général.

Tant d’autres scènes me reviennent, quand j’y repense. Dans la salle de permanence de mon collège, une bande de Souleymane faisait régner « la terreur ». Ils obligeaient les autres, les Killian, à lécher leur table, sous peine de menaces physiques immédiates. Je me souviens avoir refusé, moi. La fin de l’heure a sonné juste après. Les petites racailles sont parties en courant, tandis que j’ai dit aux autres « Mais pourquoi vous leur obéissez ? Dites-leur ‘Non’, comme moi ». On m’a répondu « C’est facile pour toi de dire ça, toi tu rentres chez toi le soir, nous on va les croiser, on habite là avec eux ». Il est vrai que je ne vivais pas au sein même de la cité qui entourait l’établissement, mais apparemment assez près pour avoir vu ce qu’il s’y passait, sur des années.

« Un banal échange de regards » qu’ils disent. Ces fameux « regards de travers » de la cours de récré, accompagnés quelques années plus tard des « hey t’as pas une garro ? » et autres « prête ton tel faut qu’j'envoie un sms ! » de la rue. « Sans raison apparente » qu’ils disent. N’empêche qu’à 12 ans, j’avais une petite gueule d’intello et un teint franchement blanc, comme Killian j’en suis sûr. « Imprévisible, violence globale » qu’ils disent, mais j’avais deviné que l’agresseur ne s’appelait pas Julien, moi, et je l’avais dit à un ami avant que le vrai prénom ne soit publié.

Je ne sais pas si un jour les Killian de France apporteront une réponse à tout ceci et je ne sais pas si, dans le cas où ils le feraient, les chercheurs du CNRS la comprendraient. Ce que je sais en revanche, c’est que si j’ai la folie d’avoir un garçon, celui-ci pratiquera au moins un sport de combat, et que si cet énième fait divers ne change rien, je l’écris quand-même car c’est une fable, cette histoire. Une fable contemporaine. Le 17ème avait « Le corbeau et le renard », nous avons « Killian et Souleymane ».

Les Heures les plus claires

via Fdesouche.com

24/06/2012

Bruno Masure : « Jean-Michel Aphatie gagne 30.000 euros et critique ceux qui tentent de boucler leurs fins de mois »

Il y a quelques jours,  Bruno Masure s’en prenait vivement à Jean-Michel Aphatie sur Twitter , en déclarant notamment  » tout le monde n’a pas les salaires des branleurs de Canal + !!! ».

Bruno Masure était l’invité du « Grand Direct des médias » sur Europe 1 où il est revenu sur ses attaques.

« J’ai juste fait remarquer que tout le monde ne gagnait pas les salaires indécents de certaines personnes à Canal + » a déclaré Bruno Masure

 " Je trouve toujours un peu pénible que des gens qui gagnent énormément d’argent, et qui ont des salaires tout a fait surévalués par rapport à ce qu’ils sont, critiquent les gens qui essaient de boucler leurs fins de mois. 

On me dit que Jean-Michel Aphatie gagne au moins 30 000 euros par mois entre Canal + et RTL donc c’est au moins 20 Smic " .

L’ancien présentateur du 20H de France 2 a avoué que « ce genre de tweet permet de dire des choses sur le coup de l’agacement ».  (…)

Morandini via fdesouche.com

 

Voir la vidéo de Dupont-Aignan au "Grand-Journal" de Canal +

23/06/2012

Israël a bombardé des cibles liées au Hamas à Gaza

GAZA (Reuters) - L'aviation israélienne a bombardé samedi des cibles liées aux services de sécurité du Hamas à Gaza, faisant au moins 20 blessés dont un bébé, tandis que les tirs de roquette palestiniens se sont renforcés, blessant un civil israélien, ont rapporté des sources médicales et des responsables des deux camps.

L'armée israélienne a confirmé samedi que son aviation avait bombardé à l'aube deux cibles liées à des activistes palestiniens à Gaza pour répondre à des tirs de roquette ayant visé Israël depuis Gaza.

gaza-juin12.JPG

Des responsables médicaux du Hamas ont déclaré qu'un enfant palestinien de six ans avait également été tué dans un bombardement sur un terrain de football, près de la ville de Khan Younis, qui a fait deux autres blessés. L'armée israélienne a démenti toute implication dans cette attaque.

D'après les responsables du Hamas, une troisième frappe israélienne a blessé un bébé dans la ville de Rafah, à la frontière égyptienne.

Interrogée sur la mort de l'enfant palestinien, une porte-parole de l'armée israélienne a déclaré : "Un premier examen montre que l'armée n'est pas impliquée dans cet événement". Elle n'a pas commenté la nouvelle concernant le bébé.

UNE TRÊVE MISE À L'ÉPREUVE

Un tir de roquette intervenu plus tard sur la ville israélienne de Sderot a blessé un Israélien au cou alors qu'il tentait de se réfugier dans un abri, ont déclaré des responsables israéliens.

Au total, Israël a été visé à 50 reprises par des tirs de roquette, a ajouté l'armée, soit dix fois plus que vendredi.

Six autres tirs ont été interceptés par le système israélien de défense antimissile.

Les responsables de l'état-major israélien ont par ailleurs convoqué des consultations d'urgence pour convenir d'une "ligne de conduite", a déclaré la porte-parole de l'armée israélienne.

Les tirs de roquette palestiniens n'ont pas été revendiqués.

Selon une source au sein des services de sécurité israéliens, ils auraient été lancés par un groupe salafiste marginal qui se réclame d'Al Qaïda.

Dix Palestiniens, en majorité des activistes, ont péri dans ce nouveau cycle de violences déclenché lundi par le meurtre d'un ouvrier israélien tué par des activistes palestiniens près de la frontière avec le Sinaï égyptien.

Le Hamas avait annoncé mercredi être prêt à mettre fin au regain de violence constaté ces derniers jours dans le cadre d'une trêve supervisée par l'Egypte et à condition qu'Israël cesse également le feu.

Israël n'avait pas fait de commentaire sur cette annonce mais des responsables de l'Etat hébreu avaient promis de répondre à tout tir provenant de Gaza.

Source: Yahoo / Reuters

Sadri Khiari (PIR) : « Parler de question raciale en France, c’est affirmer que le champ politique français est le lieu d’une lutte pour le pouvoir entre races »

Parler de question raciale en France, c’est affirmer que le champ politique français est le lieu d’une lutte pour le pouvoir entre races. Je crois que, par simple pragmatisme, c’est ce qu’il faut commencer par dire.

chasse au blanc.jpg

 

Il est vrai que cette lutte ne se manifeste pas de manière transparente pour ce qu’elle est, tant le fossé est gigantesque entre les forces en présence. Le clivage droite/gauche, absorbant les autres conflictualités, semblent être l’unique forme de structuration de l’espace politique. La prégnance du mythe d’une république qui ne tolère ni les ordres ni les castes mais seulement des individus indistincts est particulièrement forte. Les luttes des races opprimées ne se présentent officiellement ni comme luttes raciales ni a fortiori comme luttes pour le pouvoir, mais comme luttes « citoyennes » dans le cadre de la république. [...]

D’un côté comme de l’autre, il faudra savoir heurter et renoncer à une part de soi-même. Mais, dans cette équation, il est bon de prévenir que les Blancs auront beaucoup plus à perdre. Ils perdront le pouvoir.

 

PIR via Fdesouche.com

Fête de la musique « globalement calme » dans l’agglomération parisienne : seulement 187 interpellations et 1 mort

187 personnes ont été interpellées lors d’incidents survenues lors de la Fête de la musique dans l’agglomération parisienne (Paris et les départements de la petite couronne), dans la nuit d’hier à aujourd’hui, et une personne est morte à la suite d’une rixe en marge de la fête.

Racailles-CPE.jpg

Selon Franck Carabin, porte-parole de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), la nuit a été « globalement calme » dans l’agglomération parisienne dont la sécurité était assurée par 4.000 policiers, CRS et gendarmes mobiles placés sous l’autorité du préfet de police Bernard Boucault.

Il y a eu, a dit Franck Carabin, selon un bilan de la DSPAP, 187 interpellations pour différents incidents: jets de projectiles, violences ou vols ainsi que quelques incendies de véhicules.

(…) La fait notoire est une rixe survenue, en marge de la fête, dans le XIXe arrondissement de Paris pour laquelle une enquête a été ouverte par le 2ème district de police judiciaire (DPJ).

Un homme a été grièvement blessé à coups de couteau par plusieurs individus, dont cinq ont été placés en garde à vue, pour des raisons ignorées avec précision. Un second est décédé à la suite de coups de couteau également.

 

Le Figaro via fdesouche.com

22/06/2012

« Le vol, c’est véritablement une seconde nature chez les Roms » (Vénère/RMC)

Les GG de RMC abordent la suppression des arrêtés anti-mendicité à Paris. L’ex-commissaire de police Philippe Vénère raconte l’expérience qu’il a eu avec les Roms, ce qui fait glousser Etienne Liebig.

« Des Roumains [Roms] qui viennent s’installer en France surtout pour pratiquer la mendicité et le vol en tout genre, cambriolage et vol à la tire, sache que c’est une profession qu’ils ont initié là-bas et qu’ils ne comptent pas lâcher en arrivant en France. » – Philippe Vénère



Source: RMC via Fdesouche.com

Mauvais comportements des Bleus : « Ça n’est pas une question d’origine ni sociale, ni ethnique » (Zéribi/RMC)

Un auditeur interpelle Karim Zéribi sur le comportement « made in cité » des footballeurs. L’eurodéputé fait la sourde oreille.

« Je me dis qu’un peu plus de mecs sortis d’un bal musette, ça diluerait un peu ce climat. » – Erwan

"C'est plutôt la charte des cités qui prédomine dans cette équipe de France." - Erwan

« Vous dérivez sur les cités, les lascars… C’est du Finkielkraut, ça ! Ça n’a rien à faire dans l’analyse de l’équipe de France. » – Karim Zéribi



Source: RMC via Fdesouche.com

Equipe de France de football: après Knysna, Kircha ?

"L'énervement a duré cinq minutes"

Kircha après Knysna ? Inimaginable il y a encore quelques jours, crainte mercredi, jour du deuxième anniversaire de l'historique grève sud-africaine, l'hypothèse d'une réplique grandeur nature du jour le plus improbable de l'histoire du football français semble, 48 heures après le naufrage face à la Suède, devoir être dissipée. La certitude - que corroborent d'ailleurs les joueurs et le sélectionneur -, c'est que la température est grimpée très haut et très vite au retour des vestiaires à l'issue de la défaite face à la Suède (0-2). Les joueurs se sont lancés des "missiles", ne se sont pas mentis sur leurs rancoeurs réciproques et Blanc a été lui-même au centre de scènes de ménage. Mais l'épisode a été court et perçu comme une réaction spectaculaire mais normale après une défaite . Et le groupe, à l'avant-veille d'un match contre l'Espagne qui ne supportera aucune approxmation, a encore les moyens de transformer ce moment en thérapie collective plutôt qu'en point de fracture ayant atteint le point de non-retour.

Que s'est-il passé dans le vestiaire ? Au-delà de ce qu'a bien voulu laissé filtrer la communication officielle, d'ailleurs beaucoup plus mature qu'il y a deux ans, les médias les mieux informés sur le huis clos des Bleus s'accordent sur deux noms, deux pôles de contestation. Mercredi dans la soirée, le journaliste Gilles Verdez assurait sur RTL que "les joueurs offensifs (avaient été) pris à parti, surtout Nasri" et évoquait un  climat "très chaud". Il citait notamment une scène Ben Arfa - Nasri, le premier s'adressant au second en ces termes : "Mytho t'es pas blessé, lâche ton ballon, bouge." Contacté, un proche de Ben Arfa nous confie "qu'avec la presse, il n'y a pas de fumée sans feu." "Les articles parus sont honnêtes. Mais c'est la vie d'un groupe. Il s'en passe souvent de pires dans d'autres équipes, notamment en Allemagne." Karim Benzema aurait lui aussi exprimé avec beaucoup d'amertume ce qu'il lâcherait plus tard aux médias : il ne reçoit pas le ballon assez vite.

Ben Arfa aurait proposé son renvoi

Selon les informations publiées quelques heures plus tard par L'Equipe, si les deux hommes étaient en première ligne, c'est pour des raisons différentes. Le quotidien, dans un article intitulé "Récit d'une crise de nerfs", parle de "règlement de comptes" à sa "une" identifie deux temps forts dans la montée en température. Le premier met en scène Hatem Ben Arfa et Laurent Blanc lorsque le sélectionneur a reproché au joueur de Newcastle de téléphoner. HBA se serait alors levé et aurait enchaîné les saillies verbales contre les choix de son coach, qui l'a sorti du terrain à la 59e minute alors qu'il y avait "plus nul que (lui)" sur le terrain. Sans prononcer d'insulte - même si Malouda évoquait plus tard les "vieux démons" de la Coupe du monde 2010 - Ben Arfa aurait conclu son propos en proposant à Blanc de le renvoyer.

Samir Nasri, symbole à son corps défendant des errements bleus à Kiev, entre manque d'agressivité, relâchement dans le pressing défensif et difficultés  à jouer juste, aurait par ailleurs demandé à son partenaire Alou Diarra de lui parler "plus poliment". Diarra, ancien capitaine de Laurent Blanc, a été le premier et le plus vif pour exprimer les errements de son équipe, éructant des "ce n'est pas normal" visant notamment l'incapacité des joueurs offensifs à protéger la ligne de défense. Au total, "rien de bien méchant", selon les promesses de Noël Le Graët, le président de la FFF, cité par Le Parisien. "Quand je suis descendu dans le vestiaire, c'était déjà terminé. L'énervement a duré cinq minutes". Au dîner, le grand patron du football français a même expliqué à ses joueurs qu'il les trouvait trop abattus par leur prestation. "Je leur ai dit que la qualification était méritée et qu'ils pouvaient en être fiers". Ce matin la France est en quart de finale. C'est vrai que ça fait une différence majeure avec 2010.

Source: Yahoo

18/06/2012

Var : Abdallah Boumezaar a avoué avoir tué les deux femmes gendarme

Abdallah Boumezaar, le suspect interpellé après les meurtres, hier, de deux gendarmes à Collobrières (Var), a reconnu être l’auteur des coups de feu, selon le procureur de la République de Toulon. Cet homme de 30 ans était sorti de prison en septembre après 6 mois d’incarcération, a précisé le procureur Xavier Tarabeux.

Le Figaro

____________________________

Deux femmes gendarmes qui intervenaient dimanche soir au coeur du village de Collobrières (Var) sur un différend ont été tuées par arme à feu, a-t-on appris auprès du préfet du Var.

«Deux militaires féminins de la gendarmerie ont été tuées par arme à feu ce soir à Collobrières.
Je ne connais pas les circonstances de ce double assassinat», a déclaré le préfet Paul Mourier. Le préfet a précisé que «l’auteur de ce double assassinat était activement recherché» par la gendarmerie qui a mobilisé d’importants moyens. «J’ai demandé que tout le village mais aussi tout le département du Var soit bouclé», a ajouté M. Mourier, indiquant que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls avait été «immédiatement informé».

Selon les premiers éléments, il semblerait que les gendarmes en poste à la brigade territoriale de Pierrefeu (Var) aient été appelés sur une altercation au coeur du village des Maures, situé dans l’arrière-pays de Hyères. Les faits se sont produits vers 23h00. [...]

Var MatinLe Parisien

via Fdesouche.com

Marion Maréchal Le Pen élue députée dans le Vaucluse

 

Source: BFM

Bagarre entre militants socialistes et communistes à la Mairie de Saint-Denis (93)

Avant même la proclamation de résultats du second tour des législatives à Saint-Denis, des bagarres ont opposé vers 22 heures dans la mairie de Saint-Denis des partisans du député sortant Patrick Braouezec (Front de gauche) aux soutiens du vainqueur, le socialiste Mathieu Hanotin. Dans la salle des mariages, les deux hommes ont dû appeler au calme les militants, et le nouveau député a dû quitter la mairie sous protection policière.


 

Source: Le Parisien via Fdesouche.com

Clémence pour les agresseurs

Clémence pour les agresseurs 
Bilal A., 29 ans, et Helmi S., 23 ans, sont tous deux en situation irrégulière et d'origine tunisienne. Le 14 juin, vers 0 h 45, ils agressent une jeune fille.

 
DIDIER SPECQ > didier.specq@nordeclair.fr
L'agression a lieu rue de Renaix à Tourcoing. On lui vole son téléphone blanc. La jeune fille résiste et crie. L'un des deux agresseurs lui colle la main sur la bouche. La victime mord la main qui l'étouffe. Mais la courageuse jeune fille est brutalisée et lâche prise. Sept jours d'immobilisation constatés par le médecin légiste aux urgences de l'hôpital Dron.
Toutefois, les deux inconnus, rapidement signalés, sont interpellés. Ils tiennent à la main leur pull à capuche. Dans une des capuches, on retrouve le téléphone blanc. Deux autres téléphones sont également découverts. Le premier a été volé deux heures plus tôt à la gare Lille-Flandres. L'autre à Roubaix une heure avant.

Un autre jeune

L'affaire est-elle claire ? Pas du tout ! D'abord, les deux clandestins jurent qu'un autre jeune, probablement voleur, qui était avec eux, aurait mis à leur insu le téléphone volé dans la capuche.
Et les deux autres ? « On les a achetés à des gitans » disent-ils. Le procureur Douglas Berthe souligne que l'heure et la date des deux achats prétendus sont antérieures à l'heure effective des vols. Donc, selon l'accusation, les deux prévenus mentent. Toujours est-il que le duo est poursuivi pour l'agression (niée) de Tourcoing et les deux recels de téléphones, tout autant niés. Pour le procureur Berthe, les deux hommes sont dangereux : « La victime de Tourcoing a été agressée, molestée, chosifiée. Mais, en plus, ils sont incapables de s'amender puisqu'ils nient et ne peuvent donc regretter ». Comme les casiers judiciaires des deux clandestins sont vierges, le procureur se contente de requérir trois mois de prison ferme.
En défense, avec beaucoup de ténacité, Me Alexia Navarro et Me Laurie Hayt plaident l'innocence totale des deux prévenus. La présidente Anne-Marie Farjot n'annonce que trois mois avec sursis pour les deux agresseurs. Le procureur et les deux coupables n'en croient pas leurs oreilles.


PNF: Avec la gauche au pouvoir, le laxisme judicaire déjà existant va aller en s'aggravant. Les juges rouges ont maintenant tous les pouvoirs pour pratiquer la justice politique qui correspond à leurs idéaux ethno-masochistes.

On risque d'entendre dans les médias de plus en plus le terme très politiquement correct de "clémence" qui n'est rien d'autre qu'une impunité totale pour des criminels ayant commis des faits très graves qui laissent des victimes doublement traumatisées.


Source: Nord-Eclair via Fdesouche.com

08:56 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2012

Le visionnaire Enoch Powell aurait 100 ans aujourd'hui…

Il avait été le témoin du désastre du multiculturalisme sur le sous-continent indien (comme les problèmes entre différentes religions en Inde) et il ne souhaitait pas voir de conflit communautaire ici, mais il craignait que l’immigration de masse en provoque.
Daily Mail

 100 ans après sa naissance, 14 ans après sa mort et un quart de siècle après sa retraite de la vie politique, Enoch Powell parle toujours au peuple britannique d’une façon très directe qui semble prophétique. Il est plus moderne que la plupart de nos hommes politiques modernes.
Telegraph.co.uk

Aujourd’hui, Enoch Powell fêterait ses 100 ans. A cette occasion nours rediffusons ce documentaire de la BBC. Il permet d’apprécier comment, dans les années 70, l’Europe a fait le choix de l’immigration de masse sans consulter les populations, et comment, sous couvert d’idéaux humanistes, les élites politiques et économiques ont sacrifié les identités européennes.

Plus d’infos sur ce film et sur le contexte politique :  voir la page spéciale consacrée à Enoch Powell






Source: BBC via fdesouche.com

Vague « d’antihollandisme” sur la Toile : moins visible mais plus organisé que l’antisarkozysme

Sur la toile, quelques campagnes virales ont commencé à dresser un portrait caricatural de François Hollande. L’émergence d’un « antihollandisme » pourrait-elle reproduire la vague « antisarkozyste » qui a marqué le quinquennat puis la campagne de l’ancien président ?


Atlantico : Quelles premières conclusions peut-on tirer des premières campagnes anti Hollande sur le web ?

Alexandre Villeneuve : L’une des composante de cette tendance est entretenue par des mouvances d’extrême droite. Assez organisées, leurs démarches circulent car elles sont relayées par la presse. Dans tous les cas, ils comptent sur les images et sur le net pour faire connaître leurs initiatives. On est là dans le modèle de l’apéro saucisson-pinard qui avait beaucoup fait parler il y a quelques mois.

L’UMP, de son côté, a toujours été très active sur le net, même sous Nicolas Sarkozy. Des actions ont régulièrement été menées contre le Parti socialiste. On se souvient par exemple de l’achat des AdWord achetés pour dénigrer le PS, une démarche qui a été interdite par la justice.

Les militants de droite peinent à trouver les détails auxquels se raccrocher pour nourrir le buzz contre François Hollande. L’un de ceux qui a relativement fonctionné, c’est l’image des drapeaux étrangers sur la place de la Bastille. Ces photos ont été largement reprises par une partie de la droite, mais surtout par le Front national et le Bloc identitaire.

Dans l’ensemble, les campagnes virales mises en place sont relativement classiques. On prend une information et on cherche à la faire circuler via les réseaux sociaux et les blogs afin de capter l’attention de sites plus généralistes. Là encore, l’extrême droite a créé ses propres outils pour diffuser une information orientée : Metamédia, qui est un wikipédia version extrême droite ou encore des sites comme Novopress ou Fdesouche qui font office de médias attitrés à ces mouvances. Autant de relais qui doivent permettre de donner du souffle aux messages anti François Hollande. D’autant plus qu’ils n’ont pas toujours facilement accès à la presse. [...]

Atlantico via Fdesouche.com

Un village provençal supprime les bancs publics car « toujours occupés par les Arabes »

C’est un village de Provence où il fait bon vivre.

[...] On se renseigne à la mairie : « Mais où sont passés les bancs publics ? » « Il n’est pas prévu de les remettre », répond d’un ton neutre l’employé de service. L’explication a le mérite de la sobriété mais cela semble tout de même un peu bizarre de faire des économies budgétaires sur les bancs publics. Un détour par le café de la place fera peut-être avancer l’enquête. Bonne pioche ! En quelques échanges, le mystère des bancs publics se dissipe. « Avant les travaux, les bancs étaient toujours occupés par les Arabes ; ça gênait les riverains. Alors la mairie a décidé de supprimer les bancs. Ca règle le problème. »

Voilà un propos qui offre deux avantages : d’abord, il est plus crédible que les économies de bouts de chandelle, ensuite, il est tout à fait en phase avec les résultats du premier tour des élections législatives. Dans cette commune comme dans toutes celles alentour, le Front national a frôlé, voire dépassé, les 30 %. Cette explication présente même le grand atout d’inciter à réfléchir sérieusement à la société vers laquelle on se dirige. Si son seul moyen de régler les difficultés de cohabitation entre ses différentes composantes culturelles est de supprimer physiquement les plus modestes espaces de convivialité, elle est mal partie.

Les Echos via Al-Kanz

via fdesouche.com

16/06/2012

Mais pour qui se prend M. Bourdin ?!

Marion Maréchal Le Pen


Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, Candidate dans la 3e circonscription du Vaucluse (15 juin 2012)

Ce matin, Marion Maréchal-Le Pen devait être interviewée sur RMC par Jean-Jacques Bourdin.

A la dernière minute, avec un parti pris scandaleux, une assistante de M. Bourdin a annoncé que Marion Maréchal-Le Pen ne serait pas interviewée après le député sortant de l’UMP, comme cela était convenu, mais avant.

Devant ce manque de professionnalisme et pressentant une manœuvre (une de plus !) en vue de lui nuire, Marion Maréchal-Le Pen a refusé l’interview.

Vexé de ne pouvoir « se faire » un coup de publicité en s’en prenant à Marion Le Pen, M. Bourdin s’est alors déchainé en qualifiant la candidate du Rassemblement Bleu Marine de « jeune femme mal élevée », et pire, en affirmant que s’il était vauclusien, il ne voterait jamais pour elle en reprenant les arguments de ses adversaires.

Mais pour qui se prend M. Bourdin ?

De quel droit ce représentant arrogant de la caste médiatique parisienne se permet-il de donner des consignes de vote ? Que fait-il de son devoir de réserve ? que fait-il de son indépendance de journaliste ?

Qui est-il pour se permettre de qualifier le Vaucluse de « petite province » ?!

Comme le prévoit le sondage paru aujourd’hui dans Vaucluse matin et la Provence, qui donne élue Marion Marechal-Le Pen, les Vauclusiens sauront dimanche choisir le renouveau et remettre ce journaliste-partisan à sa place !

Source: Frontnational.com

15/06/2012

La phrase du jour

"La Suède est l'Arabie Saoudite du féminisme."

Julian Assange

 

assange.jpg

Source: 4chan.org

L'image du jour

bush-obama-wikileaks.jpg

 

Source: 4chan.org

13/06/2012

« Les votes du FN expriment un trouble de civilisation »

Virginie Martin et Pierre Lénel travaillent pour le think tank Le Laboratoire Politique [dont le fils de François Hollande, Thomas de son prénom, fait partie]

Le plus petit dénominateur commun – point partagé entre tous ceux, nantis ou démunis, jeunes ou plus âgés, urbains ou ruraux, qui ont accordé leur suffrage à Marine Le Pen -, nous proposons de l’appeler « trouble civilisationnel ». (…)


 

Enfin, l’élément le plus prégnant est celui du sentiment d’un rapport de forces devenu défavorable entre les Français d’origine maghrébine et les Français « de souche » : l’idée d’un effet de nombre produit un sentiment de colonisation inversée.

Le Monde via Fdesouche.com

Vaucluse: Jean-Michel Ferrand refuse de serrer la main de Marion Maréchal-Le Pen

Avant d’entrer dans le studio de France 3 PACA, le candidat UMP Jean-Michel Ferrand a refusé de serrer la main de son adversaire aux législatives, Marion Maréchal-Le Pen.

« Ce n’est pas parce qu’on est adversaire politique que l’on ne doit pas être poli » déclare la nièce de Marine Le Pen.

France 3 Paca – 12/06/12




Source: France 3 PACA via Fdesouche.com