Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2011

Marine Le Pen veut des prénoms "français" pour les enfants nés en France

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a indiqué jeudi être favorable à un retour à des choix de prénoms "français" issus du calendrier pour les enfants nés en France afin de faciliter leur "assimilation", lors de l'émission Elections 2012 (YouTube/CFJ/AFP).

 

 

"Le fait de donner un prénom français à ses enfants quand on a obtenu la nationalité française ou quand on est d'origine étrangère a été un des éléments qui a extrêmement bien fonctionné dans l'histoire de France pour que l'assimilation se fasse très rapidement, cela a été le cas pour les Italiens, les Portugais, les Espagnols, les Polonais, ils donnaient un prénom français à leurs enfants", a-t-elle déclaré lors de cette émission diffusée sur http://www.youtube.com/elections2012.

"C'est un moyen d'assimilation très très efficace, très très performant. Ce n'est plus le cas aujourd'hui sous prétexte de conserver ou de montrer le lien avec la nationalité d'origine ou la culture d'origine, on donne aux enfants français des noms à consonnance étrangère, je pense que ça leur rend la vie probablement plus compliquée, cela freine l'assimilation nécessaire, ça la retarde", a-t-elle ajouté.

Source: Yahoo / 20 Minutes

Libye : la Russie demande des explications à la France sur les livraisons d’armes aux rebelles

La Russie a demandé des explications à la France sur les livraisons d’armes effectuées aux rebelles libyens, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. « Nous attendons la réponse. Si cela se confirmait, ce serait une violation grave de la résolution 1970″ du Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré M. Lavrov, cité par les agences russes.

Le porte-parole a évoqué le parachutage d’ »armes légères », c’est-à-dire des armes individuelles, « fusils-mitrailleurs, lance-roquettes ». Paris avait confirmé mercredi que des avions français avaient parachuté des armes légères à destination des rebelles et de la population, début juin dans les montagnes du djebel Nefoussa, au sud-est de Tripoli.

Source: Le Figaro et Fdesouche

29/06/2011

L'engrenage libyen

 
- Un pick-up des forces rebelles chargé de munitions. REUTERS / Yannis Behrakis -

En intervenant en Libye, la coalition croyait-elle vraiment pouvoir limiter son action à des raids aériens?

Avec la déclaration conjointe des présidents américain et français et du Premier ministre britannique, les opérations militaires en Libye semblent, sans que les Parlements de ces trois pays en aient débattu, entrer dans une nouvelle phase: il ne s'agit plus de protéger la vie de civils menacés, comme le demandait la résolution numéro 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, mais de se débarrasser de Kadhafi. 

Cette stratégie, affirmée à Doha (Qatar) par les chefs d'Etat de la coalition, ne semble pourtant pas faire l'unanimité: les dirigeants de l'Inde, du Brésil, de la Chine, de l'Afrique du Sud et de la Russie, réunis à Sanya, en Chine (dans une rencontre historique, parce qu'elle constitue la première manifestation d'une volonté stratégique cohérente de ces pays, représentant la moitié de la population de la planète), s'y sont fermement opposés. Et même les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan, rassemblés à Berlin, sont restés réticents. 

Les Américains eux-mêmes ne semblent pas enthousiastes et ont retiré la cinquantaine de chasseurs-bombardiers qui étaient en opération; peu de pays se précipitent pour les remplacer. Seuls Paris et Londres prônent vraiment l'intensification des opérations aériennes.

Ne pas armer des groupes incertains

A supposer même qu'on arrive à les poursuivre, elles ne suffiront pas: sans une action au sol, il est peu vraisemblable que les révoltés puissent renverser Kadhafi, ni même sauvegarder la fragile indépendance de la région de Benghazi. De fait, le Conseil national de transition, organe de commandement des insurgés, demande que la coalition lui fournisse des armes pour mener les combats au sol; certains Etats, plus ou moins discrètement, s'y sont déjà engagés. On peut le comprendre: c'est dans la logique de l'action engagée et les pressions conjuguées de diplomates, de militaires et de marchands d'armes poussent en ce sens.

Mais c'est oublier les leçons du passé: en Afghanistan, les armes données par Washington aux taliban pour les aider dans leur combat contre Moscou se sont retournées contre les Américains dès les troupes soviétiques vaincues. Déjà, on voit accourir en Libye, des deux côtés, des combattants volontaires dont le seul intérêt est de se procurer des armes et de s'aguerrir pour d'autres luttes.

Ce n'est pas propre à la Libye. On retrouve cela dans d'autres pays. Par exemple, en Côte d'Ivoire, où les armes distribuées aux combattants des deux camps vont maintenant se perdre dans la nature et se retrouver dans les mains les plus diverses, en particulier celles des groupes de l'Aqmi, en Mauritanie, au Mali, au Tchad, ou ailleurs. On le retrouvera aussi partout où des peuples ne réussiront pas à se libérer seuls d'un dictateur.

Plus généralement, quand le dentifrice est sorti du tube, il est impossible de l'y faire rentrer. Il ne faut donc surtout pas armer des groupes incertains. Mais comme on ne peut pas espérer gagner cette guerre simplement avec des frappes aériennes, ni s'arrêter et se résoudre à revenir ultérieurement bombarder les forces de Kadhafi dès qu'elles reprendront du terrain, il faudrait, en toute logique, envoyer des troupes occidentales au sol pour gagner cette bataille. Impossible? Evidemment!

Il n'y a pas de solution? Non, il n'y en a pas. Et on aurait dû y penser avant.

Jacques Attali

 

Source: Slate

Préférence nationale : Monaco cité en exemple par Marine Le Pen

marine le pen 3.jpgLa présidente du Front national, Marine Le Pen, a cité en exemple la principauté de Monaco pour l’application de la préférence nationale, en soulignant que « personne ne viendrait dire que la France nourrit en son sein une principauté fasciste ».

Invitée de « Questions d’Info » LCP/France Info/AFP, Mme Le Pen a dit souhaiter remplacer les mots « préférence nationale » par « priorité nationale », non pas pour abandonner le concept, mais « parce qu’avec préférence nationale, on a laissé croire aux Français que c’était une préférence raciale ou ethnique, ou d’origine ou religieuse, ce qui n’est absolument pas le cas ». [...]

Le Figaro et Fdesouche.com

Jean-Marie Le Pen scandalisé par l'émission "Des paroles et des actes"

jean-marie-le-pen-des-paroles-et-des-actes.jpgJean-Marie Le Pen n'est pas du tout content de la manière dont a été traitée sa fille, Marine Le Pen, dans l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2.


 Jeudi dernier, France 2 diffusait le premier numéro de Des paroles et des actes. Pour inaugurer la nouvelle émission politique du service public, David Pujadas recevait Marine Le Pen, la patronne du Front National. Un succès d'audience et d'image pour la candidate à l'élection présidentielle de 2012 qui en est sortie gagnante. Pourtant, Jean-Marie Le Pen, son père, n'a pas été satisfait et dénonce "l'embuscade" de l'émission. "Je l'ai regardée, d'ailleurs c'est vrai que c'est une des rares grandes émissions dans laquelle Marine est invitée. Et elle n'était invitée que parce que c'était une embuscade tout à fait évidente. (...) Dans la deuxième partie, elle a été véritablement diabolisée. Marine Le Pen a été peut-être traitée d'une façon pire que celle que j'ai connue moi-même", commente-t-il dans une vidéo mise en ligne sur le site officiel du FN.

Jean-Marie Le Pen fait évidemment référence au moment où Marine Le Pen a affronté Caroline Fourest (auteur d'une biographie non autorisée) et Laurent Joffrin, les experts de l'émission. "La fin était, je dois dire, hautement scandaleuse avec Mme Fourest qui venait là vanter son livre. (...) Plus surprenant Monsieur Mouchard, dit Laurent Joffrin, a dépassé toutes les bornes inimaginables pour un responsable de haut niveau médiatique (il est le patron du Nouvel Observateur, ndlr) (...) Il a eu une hargne venimeuse à l'égard de Marine Le Pen. Il a véritablement fondu les plombs. (...) Je crois que cet homme s'est disqualifié professionnellement", a expliqué Jean-Marie Le Pen.

 Source: TV News

27/06/2011

Escalade en Libye: l'OTAN bombarde des objectifs civils

libye-bombardement-otan_6.jpg"Nous résisterons et la bataille se poursuivra jusqu'à l'au-delà, jusqu'à ce que vous soyez achevés. Mais nous ne serons pas finis", a déclaré M. Kadhafi dans un hommage à son compagnon, Khouildi Hmidi, dont plusieurs membres de sa famille ont été tués lundi dans des raids de l'Otan sur sa résidence.

"Il n'y a plus aucun accord entre nous après que vous ayez tué nos enfants et nos petit-enfants (...). Nous sommes dos au mur. Vous (l'Occident) pouvez faire marche arrière", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons pas peur. Nous ne cherchons pas à vivre ou à nous sauver", a-t-il dit dénonçant une croisade lancée contre un pays musulman, visant des civils et des enfants.

Lundi l'Otan a mené un raid aérien à Sorman, à 70 km à l'ouest de Tripoli, visant une résidence de Khouildi Hmidi, un homme politique influent et vieux compagnon de route du leader Mouammar Kadhafi, tuant 15 personnes, selon les autorités.

Plusieurs membres de la famille Hmidi ont trouvé la mort dans ce raid, dont trois enfants.

L'Otan a admis avoir mené un "raid de précision" visant un "centre de commandement et de contrôle de haut niveau".

"De quel droit vous visez les hommes politiques et leurs familles?", a dénoncé le colonel Kadhafi, la voix grave.

Il a affirmé que le bureau de Khouildi Hmidi à Tripoli avait été bombardé à quatre reprises.

"Ils le cherchaient parce que c'est un héros. Quand ils ne l'ont pas trouvé dans son bureau, ils ont voulu le tuer dans sa maison, a-t-il dit.

Il a appelé l'Onu à envoyer des enquêteurs à la résidence bombardée de M. Hmidi pour vérifier qu'il s'agit d'un site civil et non militaire comme le dit l'Otan.

Il a promis par ailleurs de construire un monument, "le plus haut en Afrique du Nord", à la gloire de Khaleda, quatre ans, la petite-fille de M. Hmidi, tuée dans le raid, selon les autorités de Tripoli.

"Nous resterons, nous résisterons et nous n'allons pas nous soumettre. Frappez avec vos missiles, deux, trois, dix ou 100 ans", a martelé le colonel Kadhafi.

"Honneur à la famille Hmidi et à nous la gloire", a-t-il conclu.

Source: Orange

26/06/2011

Personnalités impopulaires (édition 2011) (podium)

L’internaute Prince de Condé propose sur Dailymotion son nouveau classement des personnalités impopulaires (établi à partir du vote d’internautes). Le classement a été établi après un sondage libre durant tout le mois de décembre 2010. Chaque participant devait dresser la liste des 10 personnalités françaises contemporaines qu’il appréciait le moins. 900 internautes y ont participé.

 

 

Source: Fdesouche.com

24/06/2011

Eric Naulleau: "Eric Zemmour et moi avons subi des pressions de la part du monde politique et du showbiz !"



Marseille : LDJ vs pro-Palestiniens

Samedi dernier à Marseille, lors du départ symbolique du bateau pour Gaza. (Attention, scènes violentes)

 

 

Source: Fdesouche.com

La Fête de la Musique vue par Laurent Gerra

La Fête de la Musique et les « racailles » vues par Laurent Gerra (RTL)

 

 

Source: Fdesouche.com

Départ imminent d'un bateau français pour Gaza (Le Point)

(20 juin 2011) Pour dénoncer le blocus, un ou deux bateaux s'apprêtent à faire route vers Gaza dans le cadre d'une flottille internationale. 

flottille-internationale-acheminant-des.jpgUn an après l'assaut de commandos israéliens contre un premier convoi humanitaire maritime, un bateau français, et peut-être même deux, s'apprête à faire route vers Gaza, dans le cadre d'une flottille internationale, pour dénoncer le blocus de ce territoire palestinien. "Le bateau français pour Gaza va partir. On a entendu beaucoup de rumeurs, d'inquiétudes, mais il est bien là. Actuellement, il est en Méditerranée, il partira du port où il se trouve actuellement, en Grèce", a déclaré Claude Léostic, un des porte-parole de la campagne Un bateau français pour Gaza lors d'une conférence de presse, samedi, à Marseille. Il doit emporter 25 passagers, parmi lesquels des élus et des hommes politiques français, dont Olivier Besancenot (NPA), le député communiste du Havre, Jean-Paul Lecoq, ou encore la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen (EELV), ainsi que des personnalités du monde du sport, dont le marin breton Jo Le Guen, et des militants associatifs, comme Julien Bayou, du collectif Jeudi noir pour le droit au logement.

Cette initiative a pu être concrétisée grâce aux fonds récoltés (environ 600 000 euros) depuis le lancement de la campagne le 26 octobre à Paris par une soixantaine d'organisations. Un deuxième bateau, dont la présence doit être confirmée dans les jours qui viennent, devrait par ailleurs partir de France, avec à son bord "une quinzaine de passagers", a précisé Claude Léostic. Elle n'a pas souhaité dévoiler le nom du port méditerranéen concerné, précisant simplement qu'il ne s'agissait pas de Marseille, d'où l'embarcation devait appareiller initialement. Ce second départ est prévu, comme pour le premier, "normalement en fin de semaine prochaine".

Militants réunis à Marseille

En mai 2010, des Français avaient participé à la première flottille destinée à forcer le blocus imposé à la bande de Gaza depuis 2006, mais sans affréter de bateau. "Nous n'avons été ni impressionnés ni affaiblis par la volonté de certains de nous faire tomber", ont assuré les organisateurs, déterminés à lutter contre la "situation insoutenable infligée au peuple palestinien". "Notre cap, c'est Gaza. S'il y a la moindre violence dans cette flottille, elle viendra des Israéliens. S'il y a la moindre intervention de leur part, nous ferons de la désobéissance civile. Et après Inch'Allah !", a lancé Claude Léostic.

Sur le Vieux-Port, plusieurs centaines de militants, venus de toute la France, s'étaient réunis samedi après-midi pour dire, autour d'un drapeau palestinien, de drapeaux et de banderoles, leur "solidarité avec le peuple palestinien" et appeler au "boycott des produits israéliens". "Qu'un bateau français soit présent, c'est très important. Cela prouve qu'on ne veut plus obéir aux pays qui ne respectent aucune convention internationale. Le droit est du côté du peuple palestinien", a martelé Janie Arneguy, venue de Nîmes. "On veut que le blocus cesse, les Palestiniens sont bafoués", a renchéri un couple originaire du Tarn. Les deux bateaux français doivent rejoindre la flottille internationale, composée d'"une douzaine" d'embarcations et de deux cargos d'aide humanitaire, selon les organisateurs français qui ont regretté le forfait, annoncé vendredi, du Mavi Marmara. "Ce sera 500 passagers en moins", ont-ils estimé. Neuf passagers turcs avaient été tués le 31 mai 2010 lors du raid d'un commando israélien contre ce ferry turc, soulevant une vague de réprobation internationale.

 

Source: Un bateau pour Gaza

Comment guérir un frontiste ? « Une balle dans la tête et c’est réglé » (Médiapart)

jpg_plenel-2-5bed2.jpgLe Front National porte plainte contre Mediapart et Edwy Plenel pour un article pubié sur le site en avril 2011 intitulé  » Analyse d’une pathologie : le frontisme ». La conclusion de l’article :

"Pour conclure, il est une question qui vient à l’esprit de tous à présent : " mais comment guérir un frontiste ? ". Bouarf, une balle dans la tête et c’est réglé ! "

L’article de Mediapart est disponible sur le cache Google ici.

 

Source: Front National et Fdesouche.com

23/06/2011

Histoire : Esclaves blancs, maîtres musulmans

Episode 1 : Aux mains des Barbaresques

Entre 1500 et 1800 environ, les Occidentaux n’étaient pas sans ignorer les risques encourus en voyageant en mer : un million d’entre eux finirent en esclavage.

 

Episode 2 : Pirates de Méditerranée

Entre le XVIe et la fin du XVIIIe siècle, des pirates méditerranéens écument les mers et attaquent les bateaux en provenance d’Europe.

 


André Gerin (PCF) : « Non, l’immigration n’est pas une chance pour la France »

Dans les GG de RMC, André Gerin (PCF) s’explique sur ses récentes critiques sur l’immigration. Avec Didier Giraud, Sylvain Grandserre, Eric Naulleau et André Gerin.


 

Source: Fdesouche.com

22/06/2011

Prison à perpétuité pour des opposants chiites à Bahreïn

MANAMA (Reuters) - Le Bahreïn a condamné mercredi à la prison à perpétuité huit dirigeants politiques chiites, accusés de complot en vue de renverser le gouvernement.

Vingt et un dirigeants d'opposition étaient jugés pour leur rôle lors des grandes manifestations du début de l'année, dont sept par contumace.

Parmi les condamnés figure le dissident chiite Hassan Mouchaimaa, qui dirige le parti d'opposition Hak.

Ibrahim Charif, dirigeant sunnite du parti laïque de gauche Waad, a été condamné à cinq ans de prison. Comme le Wefak, premier parti chiite de Bahreïn, le Waad avait réclamé des réformes dans le royaume, où ont eu lieu plusieurs manifestations d'envergure.

Au total, quelque 400 personnes ont été traduites en justice pour leur rôle dans les manifestations, a affirmé le Wefak au début du mois, et certaines ont été exécutées.

Après le verdict, les accusés ont, selon des témoins, levé le poing et promis de continuer à réclamer des réformes "de manière pacifique".

L'agence de presse officielle a rapporté qu'ils étaient accusés de "tentative de renverser le gouvernement par la force en liaison avec une organisation terroriste à l'étranger", allusion voilée à l'Iran.

La sentence devrait attiser les tensions dans le pays, où des manifestations de moindre envergure ont eu lieu depuis la levée de la loi martiale, le 1er juin. Après le verdict, de petites manifestations dans des villages chiites ont été dispersées par les forces de l'ordre, ont rapporté des témoins.

Un dialogue politique doit être organisé en juillet avec l'opposition, sous l'égide du roi Issa ben Hamad el Khalifa.

Lors d'une conférence de presse, le Wefak s'est dit inquiet pour la bonne tenue de ce dialogue après les condamnations de mercredi et n'a pas exclu de boycotter les discussions.

"Ces condamnations ne contribuent pas à une atmosphère de dialogue (...) Les condamnés représentent une partie importante de notre mouvement. Comment peut-il y avoir un dialogue s'ils sont en prison", a dit le porte-parole du parti, Khalil al Marzouq.

Bahreïn, dirigé par une dynastie sunnite, a réprimé la contestation en mars avec l'aide de ses voisins sunnites du Golfe.

Bureau de Manama, Clément Guillou et Guy Kerivel pour le service français

 

Source: Reuters

21/06/2011

Japon : une nouvelle vidéo impressionnante du tsunami vu de l'intérieur d'une voiture

 


20/06/2011

L'Otan admet avoir tué des civils en Libye

Selon le gouvernement libyen, le tir a fait neuf morts dans le quartier d'habitation d'al-Arada à Tripoli.
Selon le gouvernement libyen, le tir a fait neuf morts dans le quartier d'habitation d'al-Arada à Tripoli. Crédits photo : MAHMUD TURKIA/AFP

Un quartier d'habitation de Tripoli a été visé par les forces de l'OTAN ce week-end par erreur. Selon le gouvernement libyen, neuf personnes ont été tuées.

C'est la première fois que l'Otan reconnaît une «bavure» depuis le début de son intervention en Libye. Dans la nuit de samedi à dimanche, un raid sur Tripoli a fait selon l'Alliance «un certain nombre de victimes civiles». Le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, affirme qu'il y a eu neuf morts, dont cinq membres d'une même famille, et dix-huit blessés dans le quartier résidentiel d'al-Arada.

«Un site militaire de missiles était la cible prévue de frappes aériennes à Tripoli (…) Toutefois, il s'avère qu'une arme n'a pas frappé la cible prévue», a admis l'Otan, invoquant une «erreur dans le système» et regrettant «la perte de vies de civils innocents». Chacune des sorties d'avions alliés, précise le communiqué, est «préparée et exécutée avec un grand soin pour éviter les victimes civiles».

De son côté, le gouvernement libyen a sauté sur l'occasion pour dénoncer des actes «barbares», accusant l'Otan de viser «délibérément des civils». Depuis le début des opérations, c'est l'Alliance qui accusait les forces loyales à Mouammar Kadhafi de s'installer délibérément dans des zones civiles pour se protéger. C'est d'ailleurs pour éviter toute méprise que des hélicoptères français et britanniques, dont les frappes sont plus précises que celles des avions, ont été dépêchés début juin en Libye.

Des rebelles visés accidentellement

L'annonce de cette «bavure» intervient 24 heures à peine après que l'Otan a reconnu avoir accidentellement frappé des forces rebelles dans la région de Brega, dans l'est de la Libye, le 16 juin. Une colonne de véhicules militaires rebelles, comprenant des chars, a été identifiée dans une zone où les forces loyales au colonel Kadhafi venaient d'intervenir. Il a été considéré en conséquence qu'elle devait «être ciblée par les avions de l'Otan», a expliqué l'Alliance. Au moins deux autres incidents du même type étaient déjà survenus dans le passé.

Ces erreurs se produisent à un moment difficile pour l'Alliance, qui a pris le 31 mars le commandement de l'opération internationale destinée à défendre la population civile face aux forces du colonel Mouammar Kadhafi. Alors que les avions alliés ont effectué quelque 1500 sorties, la situation stagne sur le terrain et la légitimité de l'intervention reste contestée. Face au risque d'enlisement du conflit, des doutes se font entendre sur une mission plus longue et plus coûteuse qu'initialement prévu.

Samedi, une réunion de hauts responsables de l'ONU, de l'Union européenne, de la Ligue arabe, de l'Organisation de la conférence islamique et de l'Union africaine a insisté au Caire sur la nécessité d'une solution politique au conflit. Mais la contestation la plus forte vient des États-Unis, où Barack Obama se prépare à un conflit ouvert cette semaine au Congrès, dont nombre de membres ne digèrent pas qu'il ne les ait pas consultés pour autoriser l'intervention.

Source: Figaro

Prise de tête (nucléaire...) d'Eric Besson dans l'émission Capital

Après Fukushima, le débat sur le nucléaire est plus que jamais explosif:

 

 

La chaîne M6 a choisi ce dimanche soir de ne pas diffuser l'incident intervenu lors de l'enregistrement de l'émission Capital avec Eric Besson. Le ministre de l'Industrie avait quitté brutalement le studio après un échange tendu avec l'animateur Guy Lagache.

Lors de la diffusion de Capital, ce dimanche soir, Guy Lagache n'a fait aucune mention de l'incident, et le passage a été supprimé au montage.

Eric Besson avait été invité pour parler du nucléaire dans l'émission qui avait pour thème "Vivre et consommer écolo: ruée sur les nouvelles solutions vertes".

Il a quitté le studio en lançant "je me casse", au moment où allait être diffusé le témoignage d'un ancien sous-traitant chargé de déceler les défaillances dans les installations des centrales nucléaires. Le témoignage a été diffusé ce dimanche, mais non le départ du ministre.

"Je suis stupéfait qu'un ministre de la République en charge de l'industrie puisse quitter une émission où l'on parle de la sûreté des centrales nucléaires en France", avait déclaré Guy Lagache au Parisien de samedi.

Le ministre quant à lui avait indiqué au Monde ne pas regretter son départ, accusant le journaliste de se transformer en "débatteur partisan".

M6 avait mis en ligne vendredi sur son site l'extrait où l'on voyait le ministre partir ainsi que l'intégralité de l'interview.

Source: L'Express

Action discrète à Sevran

Action discrète – Canal + – 19/06/11

 

 

Source: Fdesouche.com

Insécurité à Paris : Manifestation de plusieurs milliers de Chinois

 

 

Source: Fdesouche.com

 

19/06/2011

Un tiers des bénéficiaires du minimum vieillesse est composé d’étrangers

Un amendement au projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011, déposé par le député d’Eure-et-Loir Laure de La Raudière et co-signé par 18 autres députés UMP, a été déposé le 9 juin dernier à l’Assemblée nationale.

"70 930 personnes bénéficiaient de l’ASPA en 2010, dont 23 735 étrangères (soit un tiers !) hors Union européenne."

 

 

Comme le prévoyaient les propositions de loi des députés Lionnel Luca et Jean-Michel Ferrand, cet amendement visait à ce que l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) (ex-minimum vieillesse) soit réservée aux Français et aux étrangers ayant travaillé en France.

Repoussé par la commission des Affaires sociales et pâtissant d’un avis défavorable du gouvernement comme du groupe UMP à l’Assemblée nationale, il a finalement été retiré avant même d’être mis aux voix par Mme de La Raudière (qui ne l’a pas vraiment défendu, comme on peut le constater dans la vidéo ci-dessus). [...]

Le Cri du contribuable et Fdesouche.com

 

Grenoble résiste... (vidéo)

Samedi 14 mai 2011, inauguration de l’œuvre d’Alain Kirili « Résistance », parc Paul Mistral

 

 

Source: fdesouche.com

17/06/2011

Le conflit en Libye devient une «guerre civile»

kadhadfi.jpgUn conflit armé? Non, une guerre civile. Le Huffington Post publie un article relatant comment l’agence Associated Press, très influente auprès des médias américains, a enjoint ses journalistes de désormais qualifier la situation en Libye de «guerre civile». Il cite un mémo interne justifiant cette décision par la durée du conflit, l’existence de deux camps cohérents et le contrôle par les rebelles d’une bonne partie du territoire.

Une des dernières dépêches publiées par l’agence sur la Libye, jeudi 16 juin, commence ainsi par les mots suivants:

«Les efforts diplomatiques renouvelés pour stopper la guerre civile en Libye semblaient trouver un écho jeudi alors que le tumulte des attaques aériennes de l’Otan continuait à frapper Tripoli, le bastion de Mouammar Kadhafi.»

«Ce changement n’est pas juste un problème sémantique. Etant donné le rôle des médias dans le cadrage des débats politiques, les mots employés peuvent faire la différence dans l’esprit du public», commente le Huffington Post, qui rappelle par exemple que le Los Angeles Times et la chaîne NBC News avaient créé l’événement en 2006 en commençant à se référer à la violence de la situation en Irak comme à une «guerre civile». Le site souligne aussi que «la Maison Blanche pourrait avoir plus de difficultés à vendre au public l’engagement aux côtés d’un camp dans une "guerre civile" en Afrique du Nord plutôt que dans une campagne militaire limitée de l’Otan pour protéger des rebelles prônant la démocratie de la brutalité d’un dictateur».

D’autres organes de presse, comme Bloomberg et le Wall Street Journal, ont commencé à utiliser de manière officielle l’expression «guerre civile», au contraire du New York Times, qui n’a pas défini de politique précise: le quotidien a employé ces mots à quelques reprises, par exemple dans des articles sur les prix du pétrole, sur l’attitude des entreprises italiennes ou sur le débat au G8 de Deauville.

En France, l’AFP emploie plutôt pour l’instant les mots «conflit» ou «crise libyenne». En revanche, on trouve l’expression «guerre civile», par exemple, dans les colonnes de Libération. A noter que c’est également le qualificatif qui est appliqué à l’événement sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia.


Photo: Kadhafi au gala pour le 41e anniversaire de la révolution libyenne, à Tripoli, le 1er septembre 2010. REUTERS/Ismail Zitouny.

 

Source: Slate

16/06/2011

Paris : des femmes africaines et maghrébines envahissent la mairie du Xe

"Nous exigeons une politique du logement en adéquation avec la demande ! " (Association HLM pour tous)


Une centaine de femmes d’un collectif de mal-logés ont envahi ce matin la mairie du Xe arrondissement à Paris pour réclamer des logements.

Le groupe de femmes africaines et maghrébines avec poussettes et mégaphones a investi le bâtiment vers 10h30 au son de tambours et casseroles, accédant aux étages par les escaliers car l’ascenseur avait été bloqué.

Dans les étages, la salle des élections avait été également fermée par des employés de mairie à la mine déconfite. A 11h30, le mouvement de protestation durait encore.

Source: Le Parisien, Collectif des mal-logés en colère, Fdesouche.com

Le Siècle et le concept de « discrimination positive »

L’influence du discret club de pouvoir « Le Siècle » est en train de déséquilibrer totalement l’accès aux études et au travail, sous prétexte de lutte contre de supposées discriminations : nous assistons à la mise en place d’une espèce d’apartheid feutré qui favorise les gens des minorités dites « visibles » au motif de leur seule origine, et ce, au détriment de l’égalité entre les citoyens !

 

 

Source: Fdesouche.com

14/06/2011

Emissions FN : Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°233

 

Au sommaire de ce numéro :

- Le Maire (de gauche) de Sevran a demandé à l’Etat d’envisager une présence de l’armée 24h/24 dans certains quartiers de sa ville pour lutter contre l’insécurité. Réaction.
- Le Gouvernement, l’opposition et l’insécurité
- Economie : La note Grecque encore dégradée, Jean-Claude Trichet propose plus d’Europe et une mise sous tutelle des finances des Etats européens par l’Europe. Réaction.
- Europe : La conférence de presse commune de Marine Le Pen et Heinz-Christian Strache
- Les députés UMP et la binationalité
- Edition : Plusieurs livres surfent sur la popularité de Marine Le Pen
- Jean-Marie Le Pen dimanche dans le Pas-de-Calais

 

Source: Frontnational.com

10/06/2011

Robert Ménard : « J’ai appris mon éviction de RTL dans la presse, c’est du délit d’opinion »

Addendum 10/06 : Ménard chez Brunet (RMC) face à un représentant de la CGT SNJ Audiovisuel

 

 

Source: Fdesouche.com

09/06/2011

Golan: tirs israéliens sur des manifestants non armés, 23 morts selon la Syrie

golan.jpg

L'armée israélienne a tiré dimanche sur des manifestants palestiniens et syriens qui tentaient de pénétrer sur le plateau du Golan occupé, faisant 23 morts et 350 blessés selon Damas, lors de l'anniversaire de la "Naksa", la défaite arabe de juin 1967.

Les Etats-Unis se sont dit dimanche "profondément inquiets" et ont appelé les parties au calme à la suite de ces nouvelles violences sur le Golan.

Des centaines de protestataires, agitant des drapeaux palestiniens et syriens, ont tenté de franchir une première barrière de barbelés avant un champ de mines, tout près de la ville de Majdal Chams, dans la partie occupée du Golan, selon des photographes de l'AFP.

Contrairement aux commémorations de la "Nakba" (catastrophe) palestinienne le 15 mai, aucun manifestant n'a réussi à franchir la ligne de cessez-le-feu et le porte-parole de l'armée, Yoav Mordechai, a annoncé que la situation était "sous contrôle".

Dans la soirée, plusieurs centaines de jeunes de Majdal Chams, le chef-lieu des localités druzes du Golan, ont attaqué à coups de pierres les forces israéliennes déployées pour contenir les manifestants massés du côté syrien du plateau.

Ces heurts ont éclaté quand des nuages de gaz lacrymogènes tirés en direction de la Syrie se sont répandus dans le bourg de Majdal Chams, a constaté un photographe de l'AFP.

Du côté syrien de la clôture frontalière, des protestataires sont restés sur place, à l'abri d'un fossé, et ont allumé des feux de camp.

Par ailleurs, des jeunes Palestiniens et Syriens ont lancé un sit-in dans la ville de Kuneitra, vers où affluaient des milliers de personnes, selon la TV syrienne.

Vingt-trois personnes ont été tuées et 350 autres ont été blessées par les tirs israéliens aux abords du Golan, a ajouté la télévision.

Un médecin de Kuneitra, dans la partie non occupée, Ali Kanaane, a précisé à l'agence Sana que les tués avaient été "touchés par balles dans la tête et la poitrine".

Un porte-parole de l'armée israélienne a assuré que les militaires n'avaient "pas eu d'autre choix que d'ouvrir le feu en direction des pieds des manifestants afin de les dissuader", plusieurs dizaines d'entre eux ayant ignoré les avertissements verbaux et les coups de semonce.

Un photographe de l'AFP à Majdal Chams a vu une vingtaine de manifestants blessés, certains ensanglantés, évacués du côté syrien, l'armée israélienne dénombrant 12 victimes.

Comme le 15 mai, l'armée israélienne a accusé le régime de Damas de "provocation" pour détourner l'attention de la sanglante répression des manifestations contre le régime, faisant état de projectiles lancés par les manifestants mais pas d'armes de guerre en leur possession.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé des "éléments extrémistes" qui "s'évertuent à forcer nos frontières, menaçant nos communautés et nos citoyens".

Les manifestations ne se sont pas limitées au Golan syrien, rassemblant des centaines de personnes dans les territoires palestiniens, tandis que les réfugiés palestiniens au Liban observaient une journée de deuil, l'armée libanaise ayant interdit les marches près de la frontière avec Israël.

Le 15 mai, lors de l'anniversaire de la "Nakba", l'exode de centaines de milliers de Palestiniens avec la création de l'Etat d'Israël en 1948, des centaines de manifestants étaient parvenus à traverser la clôture pour atteindre Majdal Chams.

Quatre avaient été tués par l'armée israélienne. Six autres manifestants avaient été tués à la frontière libanaise.

Israël a conquis en juin 1967 le Sinaï égyptien, restitué en 1982, le Golan, la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza.

Il a annexé le Golan et Jérusalem-Est, des proclamations non reconnues par la communauté internationale, qui considère ces territoires comme occupés, de même que la Cisjordanie, tandis que la bande de Gaza, évacuée en 2005, reste soumise à un blocus israélien et au contrôle de ses frontières par Israël.


Source: Nice-Matin

Raoult (UMP) : « En 2005 on a eu un moment peur que le pays tombe dans la guerre civile »

i>Télé - Ménard sans interdit – 8 juin 2011

 

 

 

Source: Fdesouche.com

08/06/2011

Alaric défie les Tarterêts (RMC)

Chez Jean-Jacques Bourdin, Alaric donne des nouvelles de son cousin CRS tabassé aux Tarterêts (Corbeil-Essonnes) en mai dernier.

 

 

Source: Fdesouche