Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

11 septembre 2008 - Incendie dans le tunnel sous la Manche: un "accident" selon la thèse officielle (rediff)

COQUELLES - Quatorze personnes ont été légèrement intoxiquées ou blessées dans l'incendie accidentel de trois camions, jeudi après-midi sur une navette ferroviaire dans le tunnel sous la Manche, où le trafic a été totalement interrompu.

incendie-dans-le-tunnel-sous-la-manche-14-blesses-legers.jpgIl pourrait néanmoins reprendre partiellement dans la journée de vendredi, a laissé entendre le PDG du groupe Eurotunnel, Jacques Gounon.

"Je pense, sans prendre d'engagement, qu'une remise en service à moitié de capacité pourra se faire dans la journée", a déclaré M. Gounon à la radio RTL.

La partie nord du tunnel, qui a été affectée par le sinistre, sera "évidemment fermée pendant plusieurs semaines", a-t-il ajouté.

"La chance, c'est que nous avons le tunnel sud qui lui est absolument intact", a-t-il poursuivi.

L'incendie a été "maîtrisé" vendredi peu après 08h00 (06h00 GMT), a annoncé à l'AFP le sous-préfet de Calais (nord de la France), Gérard Gavory.

"On entre maintenant dans une phase dite de +refroidissement+", a-t-il précisé.

"Il faut encore éteindre d'éventuels foyers résiduels et procéder à des vérifications complémentaires. On fait aussi marcher la ventilation" pour évacuer les fumées, a ajouté M. Gavory.

L'incendie s'est déclaré vers 15h00 à "5 km de la sortie du tunnel côté France". Il "serait parti du système de frein d'un camion qui aurait chauffé et se serait propagé au pneu", puis à deux autres camions, selon François Malhanche, directeur de cabinet du préfet du Pas-de-Calais (nord).

"Il semble que ce puisse être un accident, mais il n'y aura de certitude que lorsque l'enquête sera terminée", a déclaré de son côté la ministre française l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, lors d'un point presse tenu sur le site d'Eurotunnel.

"Deux des chauffeurs m'ont dit qu'ils avaient entendu une explosion suivie ensuite par des flammes", a-t-elle toutefois précisé, parlant également de "dégâts importants" probables dans le tunnel.

[PNF: Un système de frein qui chauffe - alors que le camion est à l'arrêt ... - peut-il exploser et produire des flammes de manière instantanée?]

Un des camions transportait du phénol (un acide, ndlr), mais ce n'est pas celui qui a brûlé.

La navette fret transportait 32 passagers, principalement des chauffeurs routiers, et une trentaine de camions. Tous étaient évacués en début de soirée.

Six personnes ont été légèrement intoxiquées par les fumées de l'incendie et transportées au centre hospitalier de Calais. Huit autres ont été légèrement blessées, certaines par des éclats de verre.

Eurotunnel a annoncé jeudi soir qu'aucun train ne circulerait vendredi, sans pouvoir garantir que le trafic serait rétabli samedi.

Eurostar a de son côté prévenu qu'elle ne "s'attend pas à pouvoir opérer de service" vendredi et appelé les voyageurs détenteurs d'un billet ou d'une réservation pour vendredi à "ne pas se rendre dans les gares".

S'agissant des départs du week-end, la société invite ses clients à consulter régulièrement son site internet (www.eurostar.com).

Environ 15.000 passagers qui devaient voyager avec Eurostar jeudi sont restés bloqués des deux côtés de la Manche, dont 2.000 se trouvaient dans des trains en circulation, rapatriés dans leur gare d'origine.

Selon la SNCF, quatre Eurostar ont été rapatriés vers la gare du Nord à Paris et celle de Saint-Pancras à Londres, qui ont enregistré de fortes perturbations.

Par ailleurs, de longues files d'attente, composées de centaines de poids-lourds et de voitures, se sont formées en fin de journée dans la région de Folkestone, entrée anglaise du tunnel, et également aux abords du port de Douvres, d'où de nombreux ferries partent pour la France.

Le tunnel sous la Manche est constitué de trois tunnels: un tunnel nord où l'on circule habituellement de l'Angleterre vers la France, un tunnel sud où l'on circule dans l'autre sens, et un tunnel de service, celui par lequel s'est déroulée l'évacuation.

Des incendies sont déjà survenus dans le tunnel sous la Manche. Le plus important, en novembre 1996, avait causé l'interruption du trafic pendant un mois et un autre, en août 2006, avait provoqué une interruption partielle de quelques jours.

 

13:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tunnel, incendie |  Facebook |

12/09/2008

Attentat du Tunnel sous la Manche : les médias français par leurs mensonges ne cherchent-ils pas à protéger Sarkozy et sa politique pro-américaine?

Après les mensonges sur l’attentat de Toulouse, qui visaient notamment à ne pas créer de dissensions au sein de la population française cosmopolite, et à ne pas favoriser les thèses de Jean-Marie Le Pen, voici que tous les médias français nous présentent l’incendie survenu le 11 septembre 2008 dans le Tunnel sous la Manche comme étant " accidentel ".

Il faudrait demander aux journalistes français leur définition du mot " accident " ! Peut-être que cela lèverait le malentendu!

Selon François Malhanche, directeur de cabinet du préfet du Pas-de-Calais, le feu "serait parti du système de frein d'un camion qui aurait chauffé et se serait propagé au pneu", puis à deux autres camions.

Lors d'un point presse tenu sur le site d'Eurotunnel, la ministre française de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie a déclaré de son côté: "Il semble que ce puisse être un accident, mais il n'y aura de certitude que lorsque l'enquête sera terminée".

Cette technique de dire "oui, nous allons ouvrir une enquête et nous vous livrerons toutes les conclusions à son terme…" est bien connue, et d’ailleurs relativement efficace si l’on fait face à des médias complices. Cette technique est d’ailleurs systématiquement utilisée par l’armée israélienne après chaque massacre de civils palestiniens.

"Deux des chauffeurs m'ont dit qu'ils avaient entendu une explosion suivie ensuite par des flammes", a-t-elle toutefois précisé, parlant également de "dégâts importants".

"Une explosion suivie ensuite pas des flammes": cela tendrait à contredire les déclarations du directeur de cabinet François Malhanche, qui invoquait un problème de système de frein…

Peut-être la ministre de l’Intérieur cherche-t-elle à se protéger quelque peu en livrant des parcelles de vérité, car elle doit bien se dire qu’il va être difficile de cacher la vérité aux Français sur cette affaire, survenue un 11 septembre!

http://www.bonvote.com/