Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2016

Volksgeist: "l'esprit du peuple" ou "le génie du peuple"

Le Volksgeist est un terme allemand (de Volk, le peuple et Geist, l'esprit) utilisé en français qui se traduit par « l'esprit du peuple » ou le « génie du peuple ».

Le concept de Volksgeist, c'est-à-dire de génie national ou l'esprit de la nation, fait son apparition en 1774, dans le livre de Herder, Une autre philosophie de l'histoire1. Radicalisant la thèse de Montesquieu dans, De l'esprit des lois, Herder affirme que toutes les nations de la terre ont un mode d'être unique et irremplaçable.

Soulignons que l'idée originale de Herder est bien universelle. Ce n'est donc, originellement, pas l'apanage du peuple Allemand.

Il faut attendre le XIXe siècle pour voir ce concept retravaillé en actuelle Allemagne avant la fédération de la nation. Il est mis au point par un certain nombre d'intellectuels nationalistes allemands dont le juriste Friedrich Carl von Savigny et le philosophe Johann Gottlieb Fichte. Ils avancent que le peuple allemand est habité inconsciemment par un instinct naturel et populaire : le Volksgeist. Les individus l'ont en eux ou non, on ne le choisit pas.

Les auteurs de cette conception bioculturelle (un fait culturel découle d'un fait biologique) ne s'accordent pas sur le mode d'acquisition du Volksgeist :

  • certains le voient par le sang ;
  • d'autres par la pratique de la langue allemande ;
  • d'autres encore par le sol de naissance ou de résidence ;

Ainsi, Fichte écrit dans son 8e discours à la nation allemande :

« Pour les ancêtres germains, la liberté consistait à rester Allemands, (…) C'est à eux, à leur langue et à leur manière de penser que nous sommes redevables, nous, les plus directs héritiers de leur sol, d'être encore des Allemands (…) C'est à eux que nous sommes redevables de tout notre passé national et, s'il n'en est pas fini de nous, tant qu'il restera dans nos veines une dernière goutte de leur sang, c'est à eux que nous devrons tout ce que nous serons à l'avenir »

— Fichte, Discours à la nation allemande, 8e discours, 1807-1808

 

Wikipédia

Écrire un commentaire